Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 12 Mar 2020

Freelance style

Non, « auto-entrepreneur » et « freelance », ce n’est pas la même chose

  • Download PDF
Non, « auto-entrepreneur » et « freelance », ce n’est pas la même chose
Non, « auto-entrepreneur » et « freelance », ce n’est pas la même chose

Bon, il faut quand même arrêter les amalgames. On appelle un chat, un chat, pas vrai ? On ne mélange pas les torchons et les serviettes ? Alors quoi ! Pourquoi donc la majorité des gens continue à utiliser les termes « auto-entrepreneur » et « freelance » à leur guise, selon leur humeur ? CE N’EST PAS LA MEME CHOSE. Non, on ne s’énerve pas, mais quand même, il serait temps que tout le monde fasse la part des choses. Alors, histoire de bien commencer l’année, sur de bonnes bases, XXE vous donne les infos pour ne plus confondre ces mots. Parfaire votre français et votre culture quoi. Attendez avant de dire merci !

 

Le freelance peut être auto-entrepreneur. Mais pas forcément. Vous suivez ?

 

On pose le cadre une bonne fois pour toute ? Oui, un freelance peut être un auto-entrepreneur. Mais il existe bel et bien une différence entre les deux terminologies, c’est pourquoi on ne dit pas « auto-entrepreneur » au lieu de « freelance ». On va être sérieux deux minutes (comment ça une fois n’est pas coutume ?). Concentration siouplait.

« Auto-entrepreneur » fait écho à un régime (et non un statut juridique), social et fiscal, qui permet à un individu d’exercer son activité en tant qu’indépendant. Grosso modo, l’auto-entrepreneur est en fait le dirigeant d’une entreprise individuelle, il est son propre boss. Quid du « freelance » alors ? Pour assumer notre côté Bernard Pivot, on continue les définitions : un freelance exerce une activité en indépendant, proposant ses services et prestations auprès d’entreprises ou toutes autres entités par le biais d’un contrat de prestations. Il exerce en indépendant, et peut être auto-entrepreneur, mais pas que. Et pas forcément. You know what we mean, right ?

 

Le choix du régime, LE choix ultime du freelance

 

Un freelance, parmi les nombreuses (et ô combien nombreuses sont-elles) décisions à prendre, doit aussi choisir un régime pour exercer indépendamment son activité. Alors, le fameux régime auto-entrepreneur, bien évidemment, mais il peut aussi choisir parmi l’Entreprise Individuelle (EI), l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL), l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ou encore la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). Le but du jeu ? Savoir choisir le statut le plus adapté à votre situation selon, entre autres, le mode de rémunération, la protection sociale ainsi que le régime fiscal.

Alors, il est vrai que majoritairement, un freelance choisit de commencer son activité comme auto-entrepreneur, ce statut offrant de nombreux avantages et surtout des démarches assez simples. Mais attention, il présente également quelques inconvénients, justifiant la migration vers un autre statut au bout de quelque temps : en effet, le chiffre d’affaires est plafonné (en 2020, 176 200 € pour une entreprise commerciale et  72 500 € pour une entreprise de prestations de services), ce qui peut logiquement restreindre le développement de l’activité. De plus, des cotisations sociales et des impôts sur le bénéfice théorique sont à payer, dès le début de l’activité même s’il n’y a pas de bénéfice, et la TVA payée sur les dépenses n’est pas récupérable… Tout cela est donc bien à méditer !

Ça commence à devenir plus clair ? Ouf, on est peut-être sauvé. Si vous creusez un peu plus dans vos investigations, et on vous le conseille plus que fortement, vous allez vous apercevoir qu’il existe des petites, ou grandes, différences qui justifient pleinement le fait qu’il ne faut pas confondre « auto-entrepreneur » et « freelance ». Parmi les principales différences, on peut citer le fait qu’un auto-entrepreneur peut exercer un autre emploi en plus de sa microentreprise, ce qui n’est pas le cas pour un travailleur freelance. Il va de plus pouvoir rendre ses biens fonciers insaisissables, s’il ne les utilise pas dans le cadre de son activité pro. Un avantage auquel le freelance n’a pas accès (vous avez compris la règle du jeu).

 

A la recherche de missions ? C’est sur XXE que ça se passe !

 

Pour aller plus loin :

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER