Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 14 Jan 2020

L'entreprise étendue

Choisir un développeur freelance : Modus Operandi

  • Download PDF
Choisir un développeur freelance : Modus Operandi
Choisir un développeur freelance : Modus Operandi

Embaucher en freelance n’est pas une tâche de tout repos. CQFD. En même temps, si c’était si easy, pourquoi les RH existeraient (on se pose la question ! Non, on ne va pas commencer). Cette complexité est à son paroxysme (joli hein ?) quand il s’agit de dénicher de vrais bons profils techniques, au taquet des dernières technologies de programmation avec leur super langage codé auquel on ne plane généralement rien. Alors, à ces messieurs dames qui souhaitent trouver LE bon développeur freelance, et ne savent plus à quel saint se vouer, XXE partage avec eux son mode opératoire (qui a fait ses preuves of course).

 

De quoi vous avez-vous besoin exactement ? La base.

 

Vous cherchez à refaire votre site Web ? Vous avez besoin d’une application mobile ? Vous voulez booster la vitesse d’affichage de votre site ? Vous l’avez compris, enfin on l’espère, ce n’est pas du tout, mais alors pas du tout la même chose ! Avant de partir à la recherche de votre sacro-saint sauveur, vous devez d’abord définir clairement vos besoins et vous décidez. Non mais, imaginez la cata : vous recrutez un développeur indépendant sans lui préciser exactement les missions qu’il aura à accomplir. Vous le voyez le mur ? Et oui, vous prenez immanquablement le risque de ne pas respecter vos délais et de vous faire livrer un travail complètement off topic. Et là, on est désolé croyez-le bien, mais vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même ! On vous rafraîchit la mémoire : organisation, anticipation, on ne laisse rien, rien de rien, au hasard. Fichtre !

En plus d’être en dehors des clous quant à la mission, vous allez en plus perdre du temps et de l’argent, tout en pénalisant aussi indirectement le dév que vous aurez retenu, et qui en retiendra une mauvaise expérience avec les conséquences que cela implique. Banqueroute pour toute la clique, c’est ballot.

 

Où dénicher un développeur freelance qui se respecte ?

 

C’est bon, vous avez compris la leçon, et vous avez défini les objectifs qui vous poussent à prendre un développeur indépendant ? OK, on est lancé, ça y est. Mais maintenant, et bien il faut le trouver (la bonne blague). Publier un post sur Facebook, Insta, et autres LinkedIn est bien joli, mais vous vivez au pays de Bisounoursland ou quoi ? Vous allez être noyé de candidatures, pas franchement raccord avec votre besoin en expertise. Et oui, le freelance boude le salariat, ça vous le savez, du coup le système de recrutement classico CV et siouper lettre de motiv’, très peu pour lui (enfin, il ne peut quand même pas y couper, mais on se comprend). Il préfère de loin les plateformes dédiées, où il retrouve ses pairs, entre pros c’est quand même plus classe non ? Et pour vous, c’est plutôt pas mal non plus hein : vous avez accès exactement à ce que vous cherchez, vous pouvez les trier par avis, par localisation, par compétences… Si c’est le front-end de votre site qui a besoin d’un peu de relooking, c’est vers un super-héros CSS et JavaScript que vous allez vous tourner. Evidemment, vous pouvez toujours vous tourner vers un développeur full-stack, là vous êtes tranquille, mais votre budget un peu moins…

 

Parole, parole, parole… La la la la…

 

Profil adéquat : check. Mission donnée : check. Vous n’avez rien oublié ? Le contrat, nom de nom ! « Les paroles s’envolent, les écrits restent », ça vous parle quand même ? Bon, ouf, on est soulagé. Du coup, dans ce fameux contrat, vous allez lister les missions à réaliser, les délais de livraison, et les conditions de paiement. Et ne vous braquez pas, le freelance peut avoir un avis sur les termes de ce contrat. COOPERATION. Donc, on discute, on essaie d’être un minimum open du chakra. N’oubliez pas quand même que si vous faites appel à lui, c’est parce qu’il a une expertise que vous-même n’avez pas. Du coup, écoutez ce qu’il a à dire sur les échéanciers et ses éventuelles propositions, il peut avoir des idées. Et des bonnes.

 

Money, money, money

 

On va vous en apprendre une bonne : les freelances ne vivent pas que d’amour et d’eau fraîche. Alors logique de vous mettre à table avec votre collaborateur indépendant pour discuter pépettes. Là, vous rencontrez deux scénarios : le freelance préfère être payé à l’heure (nombre d’heures travaillées = salaire), ou sur l’ensemble du projet. Les deux écoles se tiennent, à vous de savoir la plus optimale pour vous, et pour votre collaboration !

Idem pour le règlement, certains exigent un acompte, genre la moitié du prix que vous avez fixé avant de commencer, d’autres voudront être payés en trois fois, etc. A vous d’en discuter et de trouver le fameux terrain d’entente. L’essentiel est de ne jamais faire l’erreur de tout régler avant que le travail ne soit fait.

A la recherche de missions ? C’est sur XXE que ça se passe !

Pour aller plus loin :

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER