L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 3 min

LE 24 Avr 2018

les experts métiers

Le CPF fait peau neuve : le point sur les modifications attendues

  • Download PDF
Le CPF fait peau neuve : le point sur les modifications attendues
Le CPF fait peau neuve : le point sur les modifications attendues

En rendant publique sa « déception » quant à l’accord laborieux trouvé entre le patronat et les syndicats, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a sans doute voulu secouer le cocotier pour sortir la formation professionnelle d’une morosité déprimante. « Finalement, l’Etat a décidé de reprendre le contrôle », peut-on lire dans un papier paru sur capital.fr ce lundi 5 mars. C’est en effet ce qui ressort des grandes lignes présentées par la ministre qui avait promis un « big bang ». Réforme du Compte personnel de formation (CPF), simplification des procédures, accessibilité de la formation aux demandeurs d’emploi, égalité des sexes… l’ordre du jour est chargé ! Est-ce pour autant suffisant pour motiver les salariés à se former ? Le point sur la situation avec XXE !

 

Le CPF s’offre un lifting après des résultats décevants

Lancé en grande pompe en 2015, le Compte personnel de formation n’a pas réussi à bouleverser la donne de la formation professionnelle en France. « Au regard de ses ambitions, et malgré un volontarisme incontestable, la place du CPF reste fragile », note un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales dont La Tribune se fait l’écho. C’est d’ailleurs au CPF que le gouvernement consacre ses premiers efforts en la matière. « Le système est beaucoup trop compliqué, à nous de simplifier », explique la ministre. Et d’ajouter que le CPF est un « parcours du combattant » pour les salariés. Première mesure : changer d’unité de mesure. Le CPF ne sera plus comptabilisé en heures, mais en euros… contrairement à ce que prévoyait l’accord des partenaires sociaux. Il faut dire qu’il y avait comme un parfum d’iniquité dans l’ancienne mouture car l’heure de formation continue coûte plus cher pour un cadre que pour un employé ou un ouvrier. Deuxième mesure : on tient compte de la situation de chacun. Ainsi, les salariés verront leur CPF alimenté de 500 € par an (plafonnement à 5 000 €), tandis que ceux qui ne justifient d’aucune qualification recevront 800 € par an (plafonnement à 8 000 €). Bien entendu, les entreprises pourront dépasser ces montants « à titre individuel ou par accord collectif », précise la ministre. Enfin, les salariés qui ne disposent pas d’assez de crédits CPF pour entamer une formation longue pourront bénéficier d’un « système d’abondement ». Le ministère n’a pas (encore) précisé les plafonds de ces dotations supplémentaires.

Quid des temps partiels et des CDD ?

Il semblerait que l’on commence (enfin ?) à intégrer ceux qui ont fait le choix d’une autre configuration de travail que le salariat à temps plein dans les nouvelles réformes. En effet, l’esquisse du nouveau CPF évoque les salariés à temps partiel. S’ils travaillent à mi-temps (ou plus), ils pourront en effet bénéficier des mêmes dotations que les autres. Une mesure qui devrait accessoirement bénéficier aux slashers qui ont choisi de passer moins de temps à l’entreprise, même si la ministre a plutôt justifié cette nuance par une volonté de mettre les deux sexes sur le même pied d’égalité. « 80% des salariés à temps partiel sont des femmes », explique-t-elle. Notons en revanche que les salariés en CDD bénéficieront des droits à la formation au prorata du temps qu’ils auront passé dans l’entreprise.

 

Et les freelances dans tout ça ?

Les travailleurs indépendants ont droit à la formation selon leur statut. Les auto-entrepreneurs et EI vont enfin avoir accès au CPF à leur tour, mais pas avant 2019. En attendant, ils peuvent faire appel à leur fond d’assurance formation (FAF), moyennant démarches administratives et délai d’attente (mais vous avez l’habitude ! J)

Pour ce qui est des dirigeants de SASU, ils sont rattachés à la Sécurité Sociale et ont droit au CPF. Si vous êtes en portage salarial ou en coopérative d’emploi, vous avez droit au CPF en tant que salarié mais aussi accès aux formations proposées en interne dans leur communauté.

Pour plus d’informations sur les différents droits et modalités, on vous conseille cet excellent article écrit par Amédée et Monpetitbusiness.

 

Les enjeux de la formation continue sont cruciaux pour l’entreprise (compétitivité) et le salarié (employabilité), mais aussi pour le freelance qui doit sans cesse acquérir des compétences pour rester compétitif. Mais encore trop peu d’actifs sont au courant de leurs droits CPF et de la mise en place de ces formations. Pour encourager les travailleurs à tirer profit de leur droit CPF, une application mobile inclusive verra le jour prochainement. Elle permettra, entre autres, de consulter son « solde » en euros, mais aussi et surtout de s’inscrire directement en ligne dans la formation de son choix, en toute autonomie. Cet outil central permettra également de consulter les avis et les retours sur expérience des salariés sur chaque formation passée et de disposer d’indicateurs pertinents pour faire le bon choix (taux d’insertion après la formation, salaire prévisionnel à l’embauche, etc.). Enfin, le CPF devrait permettre de financer de nouveaux types de formation comme les MOOC. Est-ce suffisant pour susciter l’engouement autour du CPF ? A suivre…

L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 3 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER