Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 5 min

LE 23 Août 2017

L'entreprise étendue

Le décloisonnement des fonctions et entités dans l’entreprise

  • Download PDF
Le décloisonnement des fonctions et entités dans l’entreprise
Le décloisonnement des fonctions et entités dans l’entreprise

Au sein d’une entreprise, vous avez déjà fait du marketing alors que vous étiez chargé de communication ? Déjà géré de la facturation alors que vous n’êtes pas au service compta ? Vendu quelque chose alors que vous êtes loin d’être commercial ? Les métiers évoluent, et parfois même, se confondent. Les frontières entre les différents services d’une entreprise, et entre certains de ses métiers sont devenues très ténues, nécessitant nouvelles compétences, transversalité et agilité des équipes managériales et des collaborateurs.

Au sein d’une entreprise, vous avez déjà fait du marketing alors que vous étiez chargé de communication ? Déjà géré de la facturation alors que vous n’êtes pas au service compta ? Vendu quelque chose alors que vous êtes loin d’être commercial ? Les métiers évoluent, et parfois même, se confondent. Les frontières entre les différents services d’une entreprise, et entre certains de ses métiers sont devenues très ténues, nécessitant nouvelles compétences, transversalité et agilité des équipes managériales et des collaborateurs. La gestion des compétences devient donc un enjeu stratégique.

 

 

Une diversité des compétences exigée

 

Avec la digitalisation, les murs tombent les uns après les autres, sous l’influence de la nécessité du knowledge management et de l’optimisation des ressources. Il faut savoir tout faire, supprimer les points de blocage et construire dans l’entreprise une intelligence collective, capable de réagir au quart de tour pour sécuriser ou augmenter la performance.

Dans la théorie, c’est le monde rêvé de l’entreprise collaborative. Mais en pratique, qu’est-ce que ça donne ?

Les employés se retrouvent souvent à faire des tâches pour lesquelles il n’était pas formé à la base. Un chef de projet qui doit gérer des devis et des factures, un manager qui a un rôle récurrent de RH interne, une consultante en relation presse qui se retrouve à faire du marketing publicitaire en ligne….

Prenons un exemple parlant comme le rôle de chargé de communication. C’est le métier transversal par excellence. Alors qu’il ou elle a souvent été formé pour la communication externe ou interne, les relations presse, l’organisation des événements, la création des plaquettes, … il doit dans de petites ou moyennes structures de plus en plus avoir un rôle marketing, pour faire de la publicité sur le site internet qu’il gère, devenir community manager, apprendre à coder ou s’occuper de salons… L’employé multitâche peut vite se retrouver surchargé mais il peut gagner en compétence rapidement et cette pluralité permet de ne jamais s’ennuyer dans son poste.

Pour séduire les investisseurs, les startups quant à elles doivent démontrer rapidement que leur innovation et business model tient la route. Pour y parvenir, elles doivent d’abord faire beaucoup avec peu. Chaque embauche ressemble donc à un mouton à cinq pattes, et la nouvelle recrue fera aussi bien du commercial, du CRM, du marketing et de la gestion de projet !

 

 

Une collaboration entre les pôles biaisée par des KPIs égoïstes

 

Mais alors que la diversité des tâches n’est pas un problème en soi et peut se résoudre en quelques heures de formation (mais qui bien souvent passent à la trappe faute de budget ou de temps…), ce décloisonnement des compétences demande une réelle transversalité et une collaboration à travers les différentes entités de l’entreprise, qui peut s’avérer quant à elle plus problématique.

Les SRM (supplier relationship management) et les CRM (customer relationship management) ont favorisé le décloisonnement, en impliquant sur un même processus d’entreprise non seulement des tiers, mais également des organes de l’entreprise qui ne se parlaient pas toujours.

Dans les grandes entités, la frontière entre le pôle communication et marketing (en gardant le même exemple) est de plus en plus fine, ce qui crée des divergences d’objectifs et de priorité : le budget Google Adwords va toujours être priorisé pour le site web et mis à l’écart pour le blog, pour chaque action en ligne c’est le coût par acquisition qui va décider de l’investissement, et non plus la notoriété que ce projet peut apporter…

La course à la performance enferme chaque pôle dans des KPIs par équipe, et non pour tout le monde. Chacun pense aux actions pour lesquelles ils seront évalués individuellement et ne pensent pas au fonctionnement en symbiose de toutes les entités de l’entreprise. Cet égoïsme, c’est le manager de l’équipe qui le crée. Et dans notre exemple, le budget communication est souvent celui qui est passé aux oubliettes après que le pôle achat, commerce et marketing aient fait ses emplettes.

De plus, alors que ces entités sont obligées de travailler ensemble, bien souvent une incompréhension mutuelle se crée envers les pôles dont certaines entreprises ont du mal à se défaire. Les commerciaux ne comprennent pas le marketing, qu’ils ont tendance à dénigrer. Les community managers passent leurs temps sur Facebook à ne rien faire. Les attachées de presse passent leur temps à boire des verres avec les journalistes. Et on ne parle simplement pas à l’équipe de dév, qui ne parle pas le même langage… Bref, les clichés vont bon train, agrandissant le fossé entre les équipes au passage.

 

 

L’entreprise étendue pour faire tomber les barrières entre les entités

 

Comment accompagner ce décloisonnement des pôles et apporter plus de symbiose et de transversalité ?

Laisser tomber les évaluations de performances individuelles et créer des objectifs communs à toute l’entreprise peut être un élément de réponse.

La constitution d’équipes transverses pour faciliter la collaboration et l’innovation peut en être une autre. Des  teams dédiées est portée par une équipe à la fois restreinte mais hyper experte, chacun dans leur domaine. Nous vous l’expliquions dans un précédent article, la « pizza team » version Amazon reste la recette la plus efficace : des compétences de pointe issue de chaque pôle qui montent ensemble un projet et viennent enrichir l’entreprise au fur et à mesure de la mise en place de l’offre et du prototypage. Les salariés se retrouvent ainsi à collaborer sur un objectif commun en dehors de leur pôle d’activité.

Si elle compte plusieurs collaborateurs centraux à titre permanent ou salariés, les équipes peuvent s’enrichir des compétences d’experts indépendants pour optimiser sa vision, son offre et ses savoir-faire. L’avantage est de pouvoir miser sur des professionnels aguerris, des spécialistes, sur des missions ponctuelles, pour aboutir à l’offre la plus complète possible et sécuriser la performance, sans plomber les finances de l’entreprise avec l’embauche de nouveaux salariés.

Le monde de compétences est fait de passerelles, que les experts indépendants empruntent avec d’autant plus de facilités, que cela correspond totalement à leur « way of life ». Avoir recours aux freelances permet également aux entreprises de rester innovantes et créatives, par le biais d’un regard extérieur, qui les aidera à structurer méthodes et process pour gagner en performance.

C’est via cette transversalité et ce partage de compétences que vous ferez tomber les murs entre vos pôles et entrerez dans l’entreprise étendue !

 

Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 4 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER