Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 6 min

LE 16 Nov 2018

Freelance style

Digital nomad : la tendance du travail en remote, rêve ou réalité ?

  • Download PDF
Digital nomad : la tendance du travail en remote, rêve ou réalité ?
Digital nomad : la tendance du travail en remote, rêve ou réalité ?

C’est bientôt le weekend ? Vous avez envie d’en profiter pour partir loin, et pourquoi pas un moment ? « Je suis digital nomade, mais vous pourrez me trouver à [mettre ici le nom d’une ville qui fait rêver ; cocotiers, sable fin et eau turquoise vivement souhaitées] ». Ceux qui ont réalisé ce rêve d’enfant n’hésitent pas à dérouler un long monologue chaque fois qu’on les interroge sur leur métier… et ils ont bien raison ! S’affranchir des quatre murs pour vivre pleinement sa destinée. Voilà un projet de vie qui n’aura, lui, aucun mal à motiver les jeunes lycéens à multiplier les heures de travail à l’école. Et si nous étions à l’aube d’un recommencement, celui qui rapproche à nouveau l’Homme du nomadisme ? Dans tous les cas, les aficionados de l’entreprise étendue semblent s’y employer, au quotidien… mais gare à l’utopie, où l’arbre cache la forêt.

Les 3 personas du digital nomade qui a réussi

A l’heure où la précarité gagne du terrain, où les horaires de travail s’allongent et où l’ascenseur social souffre de pannes récurrentes, le halo mystique qui entoure les digital nomades n’est pas surprenant. Pour beaucoup, ces Robins du web sont un pied de nez à la morosité bureaucratique, à la nonchalance des « 9 to 5 jobs » et à l’immobilisme de carrière. Maintenant, faisons preuve de sens de la mesure. Les digital nomades manient le réseau social mieux que quiconque. Ils choisissent, minutieusement, les fragments de vie qu’ils diffusent sur leur Story Instagram. Vous ne voyez que ce qu’ils veulent que vous voyez. Et forcément, vous comparez vos contretemps du quotidien et vos périodes peu inspirantes aux temps forts de leur vie, magnifiés s’il en est par les artifices du traitement d’image. Cette sélectivité dans l’image renvoyée challenge le quotidien du sédentaire. « Moi aussi, je veux être payé pour me dorer la pilule à Bali », semble-t-il dire. En réalité, et même si aucune étude sérieuse ne s’est intéressée à la chose, les gourous du numérique qui ont réussi n’ont pas échappé, pour la plupart, à la case « sacrifice ». Trois personas sont à distinguer dans les success-stories :

  • Le digital nomade « rentier» qui n’a de toute façon pas besoin de travailler pour subvenir à ses besoins. Son activité indépendante lui donne de la contenance et vient structurer son identité ;
  • Le digital nomade « self made», qui a économisé pendant de nombreuses années pour se permettre un train de vie à la fois risqué mais gratifiant. Il a déjà un plan B… voire un plan C ;
  • Le digital nomade « conte de fée», qui justifie d’une compétence rare, qui a identifié un filon porteur, qui a su identifier et saisir l’opportunité d’une vie.

Alors demain, tous digital nomades ? Pas vraiment, non… et c’est tant mieux, car la généralisation de la chose laisse présager la contrainte, qu’elle soit explicite ou implicite, par les rouages de la pression sociale. Nous ne partageons pas tous la même tolérance à la prise de risque, à l’improvisation, à la navigation à vue.

De plus, même si on rêve tous de travailler à distance et tant qu’à faire dans un endroit sympa, les entreprises qui acceptent le travail à distance sont encore trop rares. Elles veulent vous avoir au mieux dans leurs locaux, et au pire dispos à tout moment, les yeux rivés sur votre ordinateur ou votre téléphone pour répondre à toutes leurs questions. Difficile donc d’accepter pour elles un problème de connexion de votre part si vous êtes en Birmanie ou un décalage horaire conséquent si vous êtes parti en Australie.

Le digital nomadisme est tendance, du coup des entreprises sautent le pas quand même. Mais encore trop peu en France. D’après Joblift, on a compté que 764 offres d’emploi en France dans les 24 derniers mois sur les job boards, soit 65% de moins qu’au Royaume Uni.

Une marche inexorable vers le nomadisme ? L’économie et l’urbanisme acquiescent

69% de salariés chinois peuvent travailler depuis une localisation autre que celle de leur bureau. C’est un record en la matière, car l’Empire du Milieu fait mieux que les Etats-Unis, l’Inde, la France, l’Allemagne, le Brésil, la Russie, le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni selon le top 10 réalisé par Polycom (étude en anglais disponible ici). Si nous partons du constat qu’un digital nomade peut aussi travailler depuis son domicile (car il est nomade par rapport à son bureau), on peut, sans prendre de risque, affirmer que le nombre des « expatriés de l’entreprise » va se multiplier par un facteur 10 à court terme. La raison tient à la fois de considérations économiques, sociétales et urbaines : d’ici 2025, 8% de la croissance mondiale sera générée par les mégalopoles de plus de 10 millions d’habitants dans les pays émergents. Cela soulève la problématique du transport, des locaux, de la pollution, du logement, des services, etc. D’ailleurs, Polycom prévoit le doublement de la proportion nomade des salariés dans le monde, pour passer de 29% aujourd’hui à 60% en 2022. Naturellement, l’évolution continue des outils digitaux, l’amélioration du cloud et des services proposés par les clients de messagerie instantanée abondent dans le sens de la nomadisation. Cette marche, que d’aucuns jugeront inexorable, se nourrit également de l’intransigeance de la génération Y qui considère (à 95%) l’équilibre entre vie privée et professionnelle comme un impératif non négociable.

Et pourquoi pas conseiller vos clients à distance via Visio conférence ? Yellow Angels vous file un coup de main et vous offre de facturer votre prestation à la minute !

 

Pour aller plus loin

 

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux : twitter, facebook, linkedin

Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 6 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER