Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 5 min

LE 07 Sep 2018

les experts métiers

Le consultant devient… philosophe !

  • Download PDF
Le consultant devient… philosophe !
Le consultant devient… philosophe !

Parce qu’il est peu réglementé, il peut, à l’occasion, souffrir de quelques excès. L’histoire du métier du consultant, c’est un peu celle du yin et du yang. Certains lui reprochent son manque de sens concret, ses horaires à rallonge, sa valeur ajoutée trop théorique… d’autres attribuent l’envolée stratosphérique de la rentabilité de leur boîte à la fulgurance gestionnaire d’un consultant. Souvent portée aux nues, parfois tournée en dérision, la profession de consultant ne laisse personne indifférent… et surtout pas les indépendants qui aspirent à acquérir cette espèce de hauteur, de recul, d’aura, de pertinence, de sens de la formule qui caractérisent LE consultant. D’ailleurs, peut-on véritablement parler « du » consultant ?

 

Procéduriel et méthodique, le consultant va généralement sauver ses nuits…

 

L’innovation, ce n’est plus celle qui opère une réduction lente et constante des coûts par l’efficience et l’efficacité. L’innovation devient audacieuse et « transfonctionnelle », elle fait rêver. Pour la porter, le consultant déploie ses connaissances transversales, son expérience situationnelle, son assurance et son sens de la vulgarisation… des aptitudes discriminantes qui rendent la profession peu accessible, très convoitée et surtout sujette aux idées reçues. Florilège :

  • Le consultant ne produit rien de concret. C’est simplement une marque de prestige que l’on offre aux « anciens » : faux. L’époque du consultant qui brasse de l’air dans une tour d’ivoire est révolue. La machine de l’intensité concurrentielle tourne à plein régime, l’entreprise ne peut se permettre un poste de charge de cette trempe, au risque d’entamer sa compétitivité. Le consultant est plus que jamais tenu par des résultats opérationnels, autant, si ce n’est plus que tout autre travailleur. S’il a longtemps été « au-dessus » de l’opérationnel, il doit aujourd’hui concrétiser sa vision sur le terrain, avec tout ce que cela implique en aptitudes humaines ;
  • On ne peut pas devenir consultant dès la sortie de l’école : vrai, généralement. L’interconnexion entre le conseil et l’expérience est trop forte, trop étroite, trop décisive, pour permettre à un junior, aussi doué soit-il, de « légiférer » sur du stratégique.D’un autre côté, il s’agira d’adjoindre à l’expérience la capacité à prendre du recul, à constituer une équipe cohérente, à analyser les données froidement et objectivement et à animer des discussions courtes mais porteuses ;
  • Le consultant doit sacrifier sa vie privée : faux. Alors bien sûr, on est dans le service, pur et dur, avec son lot d’ultra-flexibilité, de disponibilité et d’adaptation. Mais on est loin des clichés qui dépeignent les consultants comme des automates, toujours à la limite du burn out. Le consultant n’est pas (ou n’est plus) celui que Jason Reitman a immortalisé dans Up in the airil y a une dizaine d’années. Il n’écume pas les chambres d’hôtels pour réaliser ses prestations. En France, le consultant intervient quasi-exclusivement dans les grands centres urbains, et ce n’est pas prêt de changer. Procéduriel et méthodique, le consultant sauve normalement ses nuits.

 

L’avenir est aux vendeurs d’idées

 

Le modèle pyramidal « Partner, Principal, Manager, Consultant Senior, Consultant, Consultant Junior » continue, lentement, de s’effriter, à la faveur d’une logique confondante de simplicité : la nécessité de disposer, à tout moment, de consultants juniors immédiatement opérationnels dans le personnel. Résultat : les cabinets de conseil, les ESN et l’entreprise au sens large font voler en éclat les dernières fondations de la structure verrouillée à double tour pour s’ouvrir sur les externes. On passe à un modèle hybride, plus flexible, avec des projets plus courts. La polyvalence a encore de beaux jours devant elle, même si l’hyperspécialisation a aussi son public. Aux USA, où la moitié des dépenses de conseil dans le monde sont concentrées, les consultants et les firmes de conseil peinent à définir leur cœur de métier à force de migrer vers l’expertise à 360°. « Nous sommes ABC, des experts du digital, spécialisés dans la transformation numérique, le déploiement des solutions digitales, l’audit managérial, etc. ».

Dans un contexte où l’entreprise étendue plébiscite l’outsourcing pour maîtriser ses charges et se mettre au niveau de l’accélération du rythme des affaires, l’avenir est aux vendeurs d’idées. Et c’est précisément vers cet horizon que vogue le consultant. Il va conseiller des entreprises dont il ne pratique pourtant pas le métier. Il leur proposera des solutions dans des domaines qui ne sont pourtant pas les siens. Il proposera une autre forme de connaissance. Au-delà de l’expertise : la méthodologie. Au-delà de l’objet prêt-à-utiliser : l’outil. Il caractérise la réalité humaine qui évolue. Même les plus grands groupes ne peuvent se passer de ces petites têtes bien faites, comme les plus grands bateaux ne peuvent se passer des petits remorqueurs. Face à la complexité de la réalité de l’entreprise, face à la multiplication des facteurs de l’environnement, face à l’approche systémique de ses missions, le consultant devient… philosophe !

 

Un nouveau service inédit

 

Et si on envisageait de nouvelles formes de prestations pour les consultants ? Yellow Angels le nouveau service lancé par XXE permet aux indépendants de facturer leurs conseils business à la minute, une innovation qui nous l’espérons révolutionnera le métier de consultant.

 

Pour aller plus loin

  • Notre interview de Stéphanie Di Maria d’Axessio Consulting ;
  • Notre interview d’Olivier Cimelière, consultant freelance en stratégie de communication digitale.
Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER