Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 5 min

LE 19 Mar 2019

Freelance style

Les meilleurs formations pour freelances en herbe

  • Download PDF
Les meilleurs formations pour freelances en herbe
Les meilleurs formations pour freelances en herbe

C’est une implacable logique : l’écrasante majorité des talents qui choisissent de sortir des rangs du salariat évoluent, de près ou de loin, dans le giron des cœurs de métier de la tech. Et comme la filière est constamment guettée par le spectre de l’obsolescence, qu’elle soit programmée ou pas, le critère « formation » s’érige au rang de préalable nécessaire (mais pas suffisant) pour espérer pérenniser, puis prospérer en tant que freelance. Si l’on ajoute à cela la mondialisation de la concurrence, nourrie par l’abolition des barrières spatiales, on mesure combien la montée en compétences pèse dans la balance. Le sujet est plus compliqué qu’il paraît, car le concept même de « formation » est en mutation. Il ne désigne plus (seulement) le cursus académique, balisé, encadré, peu flexible, mais bien toute forme d’acquisition de nouvelles aptitudes, quel qu’en soit le périmètre. L’autre défi de la formation est intimement lié aux NTIC : l’offre est tellement fournie qu’il en devient laborieux de se servir… et quand la rigueur dans le choix fait défaut, le risque de la formation « bullshit » monte en flèche, minant la compétitivité du freelance en lui faisant perdre sa principale ressource : le temps.

 

L’époque des early explorers d’un web « terrain vague » est révolue

 

Pensez au web comme une jungle aux hauts arbres, au freelance comme une version 2.0 de Tarzan, et à la formation comme les lianes qui permettent d’avancer… ou de reculer ! Sales pitch, prospection client, négociation, optimisation fiscale, comptabilité… ces domaines de compétences vous parlent forcément, puisqu’ils s’imposent virtuellement à l’ensemble des indépendants, quel que soit leur cœur de métier. Vous l’avez sans doute expérimenté : la maîtrise technique de votre métier n’est qu’un passeport, un droit d’entrée pour le marché. Pour transformer l’essai, il faut faire mouche en s’appuyant, aussi, sur ses soft skills. Même les bénis par les cieux, qui ont décroché un premier contrat avec une grosse agence, vectrice d’un flux de travail conséquent et constant, sont concernés… car le syndrome du client unique (ou du client générant 80% du volume d’affaires) est ultra-risqué. Tout retrait de sa part (accord avec un fournisseur plus compétitif, recrutement, arrêt d’un service, faillite…) entraînerait irrémédiablement une chute brutale pour le freelance.

Le temps de Calamity Jane est donc révolu. L’époque des « early explorers » d’un web « terrain vague » n’est plus. Le marché de l’offre en « main d’œuvres » est structuré, concurrentiel et ultra-volatile. Si les indépendants les plus compétents cohabitent avec les bullshitters, l’écrémage se fait naturellement par un pool de critères objectifs : les prix et la compétence. Le premier est justifié par le second. Et le second est nourri par la formation. CQFD.

Le monde est votre client potentiel, mais le monde est aussi votre concurrent, votre produit de substitution. D’ici 2020, 40% des Américains proposeront leurs services en indépendants… pour des clients internationaux. Rassurez-vous, ils opéreront principalement dans le monde anglo-saxon. C’est le boom de la « gig economy ». « Nobody knows you when you’re down and out », chante Clapton. Mais dans le monde du freelancing, la prophétie se concrétise quand la compétence clé fait défaut.

 

Compilation des hauts-lieux de la formation freelance

 

On n’évoquera pas ici la question de la valeur du diplôme académique. Si vous en avez, dans votre spécialité, tant mieux. Autrement, tant pis… vous exercerez en autodidacte, comme des milliers d’autres personnes, en attendant peut-être de faire une VAE en première intention ou en reconversion. Si dans le recrutement, les entreprises françaises ont parfois tendance à se plier aux « standards » du management et de la RH en sélectionnant des profils (diplôme, école, âge) plutôt que des compétences, la collaboration entreprise-freelance s’exonère (parfois) plus volontiers de ces considérations pour privilégier l’efficacité, dans un élan pragmatique qui peut donner ses fruits.

De par la nature souvent variable de leur travail, les freelances préfèrent naturellement une formation flexible, à la demande et à la carte. C’est pourquoi les MOOC sont, de loin, la meilleure option, à compléter éventuellement par des tutos vidéo pour muscler la pratique. Les MOOC sont dispensés par des professionnels et peuvent décerner des certificats qui peuvent donner de l’épaisseur à votre profil. Des plateformes comme Openclassrooms, Courseraou, proposent des formations sur-mesure pour se spécialiser ou élargir son domaine de compétences. Des formations initiales orientées vers les phases de lancement de l’activité avec des modules en droit, communication, techniques de vente et de négociation côtoient des formations plus pointues, spécialisées « métier » (code, data science, design graphique, ingénierie…). Voici un petit tour d’horizon !

 

Openclassrooms.com

Openclassrooms a lancé « The » MOOC pour les indépendants en herbe, sobrement intitulé « Lancez votre activité de Freelance ». Véritable couteau suisse, ce cursus intègre la communication, la prospection ainsi que le côté administratif, comptabilité comprise. L’avantage de la plateforme est qu’elle vous permet d’obtenir un diplôme reconnu par l’État ou suivre une formation diplômante en alternance.

EDX

Fondé par les prestigieuses universités de Harvard et du MIT en 2012, EDX permet d’accéder à des milliers de cours en ligne et de MOOC de qualité, dans l’informatique, l’ingénierie, les langues, les sciences humaines mais aussi le business et le management… gratuitement ! La plateforme compte plus de 130 établissements partenaires, incluant les plus grandes universités internationales et des organisations à but non lucratif. Vous pourrez obtenir des certifications aux formations suivies, moyennant paiement.

Coursera

Il s’agit d’une plateforme de formation en ligne établie sur le même modèle qu’EDX, mais les cours sont payants car plus personnalisés. Les cours s’articulent autour de vidéos ultra-spécialisées, avec des domaines d’activité intéressants comme le Big Data, l’IA, etc.

Codeacademy.com

« Si vous savez lire, vous pouvez apprendre à coder ! » C’est la promesse de Codeacademy.com qui s’engage à former les novices au code en parant de zéro. Développement web HTML/CSS ou Javascript, programmation sur Python ou CMD Line et Data Science… la plateforme se targue d’avoir formé 45 millions de personnes au code. Pour un professionnel, c’est peut-être l’occasion de colmater certaines brèches.

Livementor.com

C’est une école en ligne spécialement dédiée aux entrepreneurs indépendants et freelances. Elle propose, entre autres, un cours gratuit « Décollage freelance » sur 5 jours, avec des modules de développement de marque personnelle, des conseils pour décrocher ses premiers contrats, le calcul du coût de revient, etc.

A la recherche de premières missions en freelance ? Rendez-vous sur XXE !

Pour aller plus loin

 

Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER