Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 17 Jan 2020

Freelance style

Freelances : quel planning respecter pour vos premiers mois d’activité

  • Download PDF
Freelances : quel planning respecter pour vos premiers mois d’activité
Freelances : quel planning respecter pour vos premiers mois d’activité

Pas de planning, pas de problèmes ? Ça sert à quoi déjà un planning ? N’est-ce pas là la vraie joie du freelancing : pas de planning, pas d’horaires fixes, pas de blâmes, pas de patron… la liberté ? Faute tactique. Classic rookie mistake. Si vous pensez, tout débutant que vous êtes, que freelancing rime avec anarchisme, qu’on se la coule douce et qu’on gère son temps dans la détente tongs aux pieds… Le réveil a sonné, wake up call ! Il faut respecter un planning, surtout au début…

 

Un planning, pourquoi faire ?

 

Alors, par où commencer ? Déjà, il faut savoir qu’être un brin trop détendu, l’autre synonyme de désorganisé, compromet sérieusement la quantité de travail que vous pouvez réaliser. Les débutants ne le savent pas ça… Et si vous êtes du genre à travailler dans l’urgence, c’est-à-dire que vous avez généralement tendance à laisser s’accumuler le linge jusqu’à la dernière minute, il y a de fortes chances que ce manque d’organisation, ou de planification, compromette aussi la qualité de votre travail.

 

Vous l’aurez peut être remarqué, plein de freelances bossent sans aucune forme de planning, à l’instinct. C’est détente matin, midi et soir. Si vous voulez vraiment vous démarquer, atteindre le niveau des quelques heureux professionnels accomplis, il vous faut établir un planning, et le respecter ! C’est le préalable indispensable pour une carrière sans accrocs. Et puisque vous débutez, vous avez tout à gagner en vous habituant dès maintenant à la discipline qui vient avec le fait de respecter un planning. Si vous êtes freelance confirmé, ça marche aussi. Prenez le train, il n’est jamais trop tard pour s’organiser.

 

Chacun ses horaires

 

Là où il y a quiproquo, c’est que beaucoup de freelances confondent flexibilité horaire et, excusez le mot, « bordel intégral ». La flexibilité tant chérie par les freelances works best quand vous en usez pour déterminer les horaires durant lesquels vous êtes au maximum de votre productivité, et de vous y coller ! Un planning, c’est ça. Ce n’est pas forcément se réveiller à 5 heures du matin pour bailler devant un mac… Un planning efficace doit d’abord prendre en compte les segments de la journée où vous êtes le plus productif. L’approche inversée marche aussi : faites votre planning personnel en fonction des plages horaires où vous sentez une baisse de forme et des difficultés de concentration.

 

Nous ne sommes pas des machines, dans le sens où notre rythme n’est, et ne peut pas être linéaire. Vous connaissez la chanson, il y a des hauts et des bas… À moins que vous n’ayez un client qui insiste pour que vous vous aligniez sur ses heures de travail, le travail indépendant vous permet d’être aussi flexible que vous le souhaitez, alors utilisez-le à votre avantage.

 

Un planning efficace est un planning honnête

 

N’ayez pas peur / honte d’ajuster votre tentative de planning initiale si vous trouvez que vous ne pouvez pas suivre.  Aucune gêne à ça. Dessiner les contours d’un planning réaliste et efficace vous prendra probablement quelques jours, voire quelques semaines. Du coup, il est normal de succomber à l’enthousiasme des débuts et charger le planning de manière complètement irréaliste. Mais comme d’habitude, la vie réelle revient au galop vous rappeler qui est le boss.

 

En fait, être freelance, c’est beaucoup de rigueur… et de pauses !

 

Horaires cadrés et fixes, priorisation des tâches, optimisation des périodes d’accalmie, outsourcing… un freelance efficace est un freelance rigoureux et extrêmement bien organisé. Mais attention, le risque d’excès de zèle n’est jamais bien loin, car figurez-vous qu’on travaille beaucoup plus en étant son propre patron. Et qui dit excès de zèle, dit un burnout qui approche à grands pas silencieux. C’est pourquoi on s’en rend compte généralement trop tard.

 

Votre planning doit prévoir des pauses, beaucoup de pauses. A votre convenance. Certains préféreront les micros pauses à répétition, d’autres peu de pauses longues. L’essentiel est de les prendre, ces pauses. S’aérer, prendre le temps de socialiser. Il y a un équilibre à avoir et votre planning doit le prévoir. Il faut donc savoir die « assez », pour souffler, se ressourcer pour repartir de plus belle. On insiste car beaucoup de freelances foncent tête baissée, sans prendre la mesure des dangers du surmenage. Ils se mettent trop de pression inconsciente, acceptent trop de projets à la fois, et sont mal organisés…

 

On y revient donc, au planning. L’inconvénient de ne pas avoir de patron (eh oui, il y en a !) est qu’on a tendance à se mettre trop la pression, on ne respecte pas d’horaires cadrés et on peut vite se retrouver à travailler 12 à 14 heures par jour. Après tout, qui est là pour vous en empêcher ? Rien ni personne. Même la loi du travail ne peut rien contre vous.

 

A la recherche de missions ? C’est sur XXE que ça se passe !

 

Pour aller plus loin :

Freelances : comment finir l’année en beauté

Freelance : comment bénéficier de l’ACRE

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER