Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 30 Avr 2019

Freelance style

Rebooster son business freelance… ou quand la vague n’arrive pas à Nice !

  • Download PDF
Rebooster son business freelance… ou quand la vague n’arrive pas à Nice !
Rebooster son business freelance… ou quand la vague n’arrive pas à Nice !

Alors, ça stagne ? On dédramatise. Le coup de mou, c’est une partie indissociable de l’aventure entrepreneuriale. Au moins, vous n’avez pas mis la clé sous le paillasson. Après quelques années, où vous avez alterné entre le chaud et le froid, votre carrière de freelance repasse par la case « escargot ». Vous faites comme Brice, et attendez patiemment votre vague de surf à Nice ? Comme la nationale, votre business freelance aura occasionnellement besoin de travaux de rafraîchissement, et pour fluidifier le trafic, il faut installer des détours. Il se peut que, de temps à autre, vous ayez à dévier de votre trajectoire initiale, car le plan de carrière rectiligne et sans embûche relève plus de l’utopie que du terrain. La réussite est un chemin sinueux, tortueux et pavé de bonnes intentions. Voici comment rebooster votre business à mi-parcours.

 

Le rétroviseur de votre voiture a beaucoup à vous apprendre

 

Ayez constamment en tête la métaphore du rétroviseur de la voiture : il permet de regarder en arrière pour mieux avancer. Avant de démarrer et aller de l’avant, le conducteur prudent jette un œil sur l’amont pour mieux appréhender l’aval. Mais le « point » qui s’impose à vous est multidimensionnel. Vous allez devoir non seulement regarder derrière, mais aussi faire un pas de côté, voire dévier de votre trajectoire pour mieux redynamiser une carrière qui peut devenir amorphe après quelques années d’activité, toujours la tête dans le guidon. Si vous en êtes là, vous devez sûrement trainer des « cadavres » dans votre placard. Il faut les en sortir, et vite ! Un travail d’analyse, d’observation et de réflexion sera votre premier pas sur le chemin de la rédemption. La rédemption par le travail. Votre inconscient a sans doute stocké un nombre conséquent de mauvaises pratiques, que vous aurez plus ou moins détectées au fur de votre aventure. C’est le moment de les auditer : des négociations trop « gentilles » sur le prix de vente, une prospection pas assez insistante ou, au contraire, trop intrusive, une productivité minée par un microenvironnement de travail pas assez stimulant… notez les freins qui entravent votre progression.

 

Après des débuts fastidieux, une phase d’apogée, vient fatalement l’ère du déclin. C’est naturel, c’était (quasiment) prévu, et c’est cosmique ! C’est le cycle habituel des organismes vivants, des empires et des civilisations, et votre business de freelance en fait partie (des organismes vivants hein. Les empires, on attendra d’être au Nasdaq). Voici la million dollar question : qu’est-ce qui a fait que ça a marché à un moment donné, et par quel prodige en suis-je maintenant à me tourner les pouces ? Répondre à cette question est essentiel car, vous le savez peut-être, un bon diagnostic mène généralement vers un bon traitement. La réponse qui consiste à incriminer la conjoncture ne tient pas (beaucoup), car votre travail consiste également à sonder l’environnement pour déceler toute menace et surtout, toute opportunité.

 

#1 La solution d’immédiateté : le collectif de freelances… parce qu’on est meilleurs à plusieurs !

 

L’union fait la force et le réseau fait le freelance. Née aux Etats-Unis (comme à peu près tout ce qui peut être intéressant), l’idée du collectif de freelances a le vent en poupe et n’a (quasiment) que des avantages. Ça peut faire « slogan » mais c’est confondant de vérité. Pensez à une organisation d’entreprise, la liberté en plus. Une équipe de prospection pour le client outreach, des administratifs qui se chargent de la paperasse, des réseaux mis en commun, une synergie dans l’opérationnel… bref, une entité capable de représenter les intérêts de ses membres auprès des clients. Et là vient le mot-clé que vous recherchez depuis tout à l’heure : « les clients ». Concrètement, rejoindre un collectif de freelances sera l’occasion d’accroître votre portefeuille clients… en sacrifiant (peut-être) une part de votre liberté, sans la confier entièrement au sacro-saint contrat. Comment ? En se reposant sur l’un des principes de base des collectifs, grossièrement : « tu me grattes le dos, je te gratte le tien ». Tu as un surplus de travail ? Je m’en occupe. J’ai un client qui cherche ton profil ? Please be my guest. Vous êtes plus crédible à recruter des clients quand vous êtes une entité qu’à titre individuel, et votre début de parcours le prouve. Alors, il est où le défaut du collectif ?

 

#2 Et McDo qui change de couleur, c’est une coïncidence ?

 

Toujours aux Etats-Unis, ce pays des merveilles où l’on peut intenter un procès (et probablement le gagner) contre un restaurant parce que ses frites n’étaient pas aussi croustillantes que dans la pub. McDonald’s a troqué sa fameuse couleur rouge pour le vert. Pourquoi ? N’est-ce pas là le chantre même de la rentabilité ? Comme ça, parce qu’ils avaient envie ? Non. Parce que ça s’appelle du rebranding… et que ça marche ! Quand la plus connue des junk food companiess’est faite rattrapée par les associations de consommateurs, pointant du doigt le fait qu’ils y étaient peut-être pour quelque chose dans la propension du pays à prendre des kilos, hop… la franchise a mis des salades au menu. Nice move. Et comme ça n’a pas suffi, elle s’est littéralement mise au vert. Re-nice move. Tout cela pour dire que tout McDo que vous pouvez être, vous avez besoin de « tweeker » votre image de marque à mi-parcours, surtout quand ça stagne ou quand ça menace de stagner. Alors, comme McDo, introduisez des salades dans votre menu. Comprenez : enrichissez votre offre, soignez votre image, reformulez votre approche et faites campagne sur les réseaux sociaux et vos réseaux tout court. Conseil de pro : faites un gros emailing et proposez un test gratuit à vos clients… et limitez l’offre dans le temps.

 

#3 Où en est votre prospection ?

 

A ce stade de votre carrière, vous n’êtes pas sans savoir qu’une prospection commerciale efficace ne se fait pas (toujours) à l’intuition et à l’instinct… Elle se fait à l’organisation minutieuse est grâce à des outils performants. Si vous n’en êtes pas déjà adepte, il est grand temps de vous y mettre. Car il existe aujourd’hui des outils de prospection extrêmement efficaces pour freelances, comme Salezeo, Tilkee, Corporama, Get Plus ou encore C-Radar. Ce sont là des moyens prodigieux, qui tirent profit (c’est le cas de C-Radar notamment) des technologies du big data pour identifier des prospects qui s’apparentent au profil de vos clients actuels. Get Plus, quant à lui, vous permet de transformer votre site internet en outil de prospection, grâce à l’identification des personnes qui visitent votre site. C’est aussi peut-être le temps de profiter de cette période de vaches maigres pour vous mettre à l’Inbound Marketing et à HubSpot.

 

Si c’est un burn out, prenez un sabbatique !

 

Si vous en avez les moyens et surtout si vous en avez besoin, prenez un congé sabbatique pour vous recentrer. Le burn out est quelque chose à prendre très au sérieux, le stade auquel une prise (momentanée) de recul s’impose. A priori,  et en théorie, le burn out va de mise avec de beaux chèques encaissés. Vous devez donc avoir quelques « salaires » de réserve. Profitez-en pour souffler. Maintenant, si votre burn out n’a pas été rémunérateur, c’est le business model entier qui doit être revu.

 

Voici l’idée : peut-être avez-vous pris trop de projets en même temps. Peut-être avez-vous croulé sous les missions au point d’en oublier tout semblant de vie sociale. En tant que travailleur indépendant, il est facile d’oublier de prendre des pauses, de faire travailler les guiboles et de prendre du temps de loisirs pour soi. Et le burn out est vite arrivé. Sans prévenir. Les premiers signes sont souvent un manque flagrant de motivation, là où vous en débordiez auparavant. Une petite négligence commence à s’installer sournoisement et des mauvaises habitudes prennent forme, à tel point que le rendu s’en ressent. De fil en aiguille, les clients grondent, certains quittent le navire et votre carrière stagne. Arrivé là, le mieux est de se retirer pour revenir plus fort. Un petit courrier créatif adressé à vos clients les notifiant de votre injoignabilité momentanée sera apprécié et laissera la porte entrouverte à des collaborations futures. Quand vous serez prêt.

 

Pour aller plus loin

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER