Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 14 Nov 2019

L'entreprise étendue

Freelances du digital : comment mettre en avant vos points forts ?

  • Download PDF
Freelances du digital : comment mettre en avant vos points forts ?
Freelances du digital : comment mettre en avant vos points forts ?

Cycle de vie des applications, organisation et gestion du SI, management de projets, conseil métier et business intelligence. Dans cet ordre, ce sont les 5 expertises les plus recherchées par les ESN comme le révèle le baromètre de l’expertise du numérique 2019 de l’INOP’S. Vous êtes expert dans l’un de ses domaines ? Super. Mais savez-vous vraiment mettre en avant vos compétences ?

 

Portfolio, témoignages, soft skills… L’armada du profil généraliste

 

Dans le vieux débat du généralisme vs spécialisation, vous avez clairement choisi votre voie. En tant que généraliste, il est plus difficile de mettre en avant vos points forts, puisqu’ils sont, justement, généralistes… Allez allez, on se retrousse les manches, vous avez des atouts à faire valoir, il suffit de savoir comment. On est là pour ça :

 

Le portfolio pour les nuls

 

Que vous soyez chef de projet digital, développeur ou webdesigner, un bon portfolio ne sera jamais de trop. Il vous permet, grossièrement, en l’espace d’une page, de donner au recruteur un aperçu exhaustif de ce que vous savez faire. Ça fonctionne encore mieux si vous avez votre propre site internet, où vous pouvez proposer une section « réalisations » qui recense vos créations. C’est en outre une manière plus subtile de mettre en avant vos compétences à travers les projets que vous avez réalisé. Pas de site internet ? Pas de problème. WordPress est là, et vous pouvez facilement y choisir un thème pour créer votre portfolio. Mais encore : Adobe Portfolio, Bootstrap, Carbonmade, Behance, Triangly,Format

Maintenant que nous avons réglé la question de la forme, passons au contenu. Que mettre sur votre portfolio ? Pour faire simple, des trucs qualitatifs et pertinents, qui parlent au recruteur. Sans en faire trop quand même, la polyvalence est appréciée mais elle fait fuir certains recruteurs. Si vous êtes développeur web, affichez les outils que vous maîtrisez : HTML5, jQuery, PHP… Et pourquoi pas des captures d’écran des sites que vous avez réalisé. Vous êtes rédacteur web ? Les liens pointant vers vos textes feront l’affaire. Community manager, dites-vous ? Une compilation de vos meilleures publications sur les réseaux. Et ainsi va le monde….

 

La touche nice : témoignages clients

 

Capitalisez sur vos clients satisfaits en leur demandant de rédiger un avis sur votre expérience de collaboration. Quelques lignes sur vos prestations et vos services du point de vue d’un client donnent de la crédibilité à votre profil. Vous pouvez évidemment les ajouter à votre profil LinkedIn ou directement sur votre site.

 

Le blog pour faire « expert »

 

Un blog, ça ne coûte pas grand-chose, mais ça vous « upscale » considérablement par rapport à la concurrence. Donnez votre point de vue sur votre domaine de spécialisation, commentez l’actualité et les tendances du marché… Pourquoi faire ? Un contenu pertinent valorise votre connaissance du domaine et votre expertise. Et pourra faire la différence quand viendra le moment de choisir entre vous et un candidat de niveau similaire…

 

Saupoudrer le tout de soft skills

 

L’importance des soft skills, vous en êtes gavé ou pas encore ? Bon, on en remet une petite couche : selon une enquête réalisée par TTI Success Insights auprès d’une centaine de responsables RH et autres dirigeants, 34% des professionnels déclarent que la personnalité du candidat est le critère de choix numéro 1 lors d’une embauche. Vous êtes à l’aise en communication ? Des capacités d’écoute ? L’esprit d’équipe ? Vous êtes plutôt créatif et avez le sens du service ? Les compétences cognitives et comportementales doivent être mises en avant, et elles peuvent faire la différence.

 

Problem solver, au-delà de l’expertise

 

Spécialiste pointu et expert de niche : mettre en avant vos compétences, c’est bien. Vous savez ce qui est encore mieux ? Proposer des solutions aux problématiques de vos clients potentiels. Alors, au-delà des portfolios listant vos compétences techniques, les langages que vous maîtrisez, les témoignages de vos clients, vos références, badges et certifications… Tentez de vous différencier de la horde des profils qui vous ressemblent en imaginant des scénarios de film où le héros qui ne crève pas n’est pas Keanu Reeeves, mais vos compétences de développeur, graphiste, intégrateur… Whatever.

Comment y parvenir ? C’est simple, oubliez-vous un instant et mettez-vous à la place du client : qui est-il ? Quels sont ses enjeux ? A partir de là, vous pourrez mettre en avant vos points forts de manière plus intelligente et plus ciblée. Des études de cas sont d’un grand secours à ce niveau, ou encore des petits extraits de projets sur lesquels vous avez travaillé et qui scénarisent le problème et la solution que vous avez proposé.

Toutefois, tout technicien que vous êtes, vous n’êtes pas sans savoir que la base reste quand même la maîtrise technique. Et vous n’êtes pas sans savoir (encore une fois) qu’une compétence technique a une durée de vie moyenne de 5 ans maximum et que, selon Dell et l’Institut pour le futur, 85% des emplois tech de 2030 n’existent pas encore. Dans votre domaine, la formation continue est de prime importance. Les certifications sont votre meilleur allié dans votre quête de la fortune et de la gloire. CQFD.

A la recherche de missions ? C’est sur XXE que ça se passe !

 

Pour aller plus loin :

 

 

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER