Laurent Levy

Laurent Levy

Lecture de 7 min

LE 10 Avr 2018

Yellow angels corner

Freelance ou salarié : et pourquoi pas les deux ?

  • Download PDF
Freelance ou salarié : et pourquoi pas les deux ?
Freelance ou salarié : et pourquoi pas les deux ?

Vivre chaque « travail » comme si c’était le seul. Plus qu’un motto stylé, cette assertion structure la vie de nombreux slashers qui ont fait le choix de ne pas opposer le freelancing au salariat, ni le salariat au freelancing d’ailleurs. Ils ont cherché un CDI quand ils œuvraient en solo, ils ont cherché des contrats quand ils bossaient pour le compte de leur employeur. Il faut dire que le terrain est propice à l’éclosion des nouvelles configurations de travail : outils de collaboration en temps réel, morcellement des métiers, la compétitivité par la rapidité, la pénurie des talents… plutôt que de subir un contexte turbulent, les slashers n’ont fait qu’appliquer un célèbre axiome de la tradition économique : l’individu est rationnel.

Le cumul… marque ultime de rationalité ?

Le lien entre le cumul et la rationalité est confondant d’évidence :

  • Je capitalise sur mes compétences pour répondre à une demande : je gagne en expérience par la pratique, je travaille mon employabilité future et je gagne plus d’argent ;
  • Face à la turbulence du marché du travail (historiquement, le turnover suit une tendance haussière), je maintiens mon CDI et j’honore mes engagements ;
  • Mon employeur n’est pas perdant : je suis plus performant parce que j’ai plus d’opportunités d’apprendre. Je prends du recul parce que je gère, en solo, des choses que je n’ai pas forcément l’occasion de faire au bureau ;
  • Je maximise ma marge de manœuvre dans l’entreprise : je n’ai plus (aussi) peur de l’échec. Je tente de nouvelles choses, je prends des risques, je valorise mon travail et je communique mieux avec ma hiérarchie car je n’ai pas mis tous mes œufs dans le même panier.

Pour le slasher, est révolu le temps où la relation de travail était intrinsèquement biaisée en faveur de l’employeur. Cumuler, c’est aussi quelque part basculer sur une approche gagnant-gagnant.

Dézoomons pour voir la Big Picture : il n’y a que des clients avec des besoins et un budget, puis des professionnels avec des compétences et des disponibilités. Le freelancing, c’est finalement prendre conscience de cette réalité immuable et faire le choix conscient d’en tirer profit. L’indépendant-salarié évolue pour acquérir une expertise prisée et reconnue. Il intrigue par sa proactivité face au changement, mais aussi une polyvalence étonnante (prospection, promotion, recouvrement) qui contraste avec l’hyperspécialisation de son profil.

Les plus précaires ne sont pas ceux que l’on croit…

Sortir de l’exclusivité salariale (si l’on y a droit, attention aux clauses de votre contrat) et mettre ses compétences à l’épreuve en dehors du sentier semi-balisé de l’entreprise, c’est aussi (re)prendre le contrôle de ses compétences pour expérimenter, innover, échouer, réussir, peaufiner, remettre en cause, challenger. Qu’importe les balbutiements laborieux des débuts, on finit forcément par trouver l’équilibre. Cumuler, ce n’est pas forcément se tuer à la tâche. Distiller des conseils avisés via une notre service Yellow Angels de prestation à la minute par exemple ne vous prendra pas trop de teps sur vos week-ends et vos soirées ! On laisse place à plus d’autonomie et d’initiative dans la prise en main de la carrière. Et on donne la possibilité d’avoir un bon complément de revenu en plus du salaire. Un virage salvateur (et finalement peu risqué) dans un contexte où les petits boulots sont les premiers impactés des aléas économiques, encore plus dans des secteurs élastiques aux mouvements de la conjoncture.

Pour l’entreprise, confier ses besoins à un freelance va alléger les coûts fixes : les contrats à la tâche visant à compenser les besoins ponctuels et hyperspécialisés se substituent aux partenariats de sous-traitance de long terme, aux CDD et aux CDI qui n’arriveront pas au terme de la période d’essai pour des raisons qui n’incombent pas au salarié. Enrôler en freelance, c’est annoncer la couleur sans ambigüité sans tromper : j’ai un besoin ponctuel que je confie à un prestataire. On peut comprendre les réticences : en l’absence d’un cadre juridique adéquat, le travail indépendant pose la question du pilotage des équipes et de la mesure de la productivité individuelle dans un contexte où le conservatisme managérial fait de la résistance. La plateformisation n’a pas permis dans ce sens à l’entreprise de fixer le juste prix des prestations, de donner de la visibilité aux meilleurs profils et d’installer les conditions d’une concurrence saine entre les experts qui pourront alors peaufiner leur positionnement et calibrer leur offre. Est-ce que ça va changer avec Yellow Angels ? Nous l’espérons !

Freelancing ou salariat : pourquoi opposer quand on peut concilier

Il est vrai que le travail indépendant remet en cause le rôle traditionnel de contrôle et d’encadrement du manager et qu’il n’est plus envisageable d’organiser le travail comme à l’époque du fordisme. L’émergence du freelancing témoigne aussi, quelque part, de la volonté de certains salariés de travailler autrement, de faire concorder leur action professionnelle à leurs aspirations, à leur personnalité. C’est ainsi que l’on se livre dans le débat public à une bataille opposant salariat et freelancing, comme si cette opposition était encore judicieuse. Les apports pour l’individu sont bien là, mais l’entreprise n’est pas perdante. Elle recentre son activité sur des domaines stratégiques et à forte valeur ajoutée en s’appuyant sur une équipe interne que vient compléter des talents externes experts dans leurs domaines respectifs. La définition même de l’entreprise étendue !

 

Découvrez notre nouveau service de prestation facturé à la minute Yellow Angels, un service inédit en France ! 

Laurent Levy

Laurent Levy

Lecture de 7 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER