Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 8 min

LE 19 Oct 2018

L'entreprise étendue

Le numérique, une opportunité pour l’emploi des personnes en situation de handicap ?

  • Download PDF
Le numérique, une opportunité pour l’emploi des personnes en situation de handicap ?
Le numérique, une opportunité pour l’emploi des personnes en situation de handicap ?

Nous avons pris la parole à la Mélée Numérique à Toulouse il y a quelques semaines. Lors de notre débat sur la place des femmes dans le numérique, une jeune femme en situation de handicap dans l’assistance a pris la parole. Elodie Blaquières a discuté du fait qu’à compétence égale, on préfère choisir pour un poste dans le numérique un homme plutôt qu’une femme. Comme une double peine, elle dénonçait également qu’elle avait encore moins de chance de décrocher un poste, même juste un entretien à cause de son handicap.

Une situation confirmée par cette étude : près d’une femme handicapée sur deux est victime de discrimination au travail.

Un chiffre révoltant, mais que peut-être le numérique pourrait faire baisser ?

On a posé la question à la principale intéressée Elodie. Elle nous livre son parcours du combattant, ses coups de gueule et ses espoirs pour une société plus inclusive.

 

Quel est ton parcours ? 

J’ai étudié les arts appliqués (graphisme, design global, scénographie) depuis le lycée jusqu’à réaliser un mémoire de recherche. C’est pour moi une vraie passion.

J’ai ensuite fait une formation pro de concepteur multimédia (équivalent Licence) et je me suis spécialisée en UX Design aux Gobelins à Paris (UE formation Pro).

Depuis j’essaye de m’insérer professionnellement avec les difficultés qui incombent à ma situation de handicap moteur : l’accessibilité des locaux et de la ville, la mobilité avec la problématique des déplacements en fauteuil roulant électrique, le financement de l’accompagnement d’une tierce personne sur le lieu de travail et surtout trouver une équipe  « handi accueillante ».

C’est rechercher l’alignement parfait des planètes pour pouvoir être embauchée.

 

Tu as pris la parole à une conférence sur les femmes dans le numérique. Quelle est ton opinion sur le sujet ? 

Les femmes sont trop peu présentes dans ce domaine par manque d’information et manque d’attraction pour les formations liées au numérique. Pourtant nous avons les capacités mais les archétypes genrés de notre société freinent l’insertion des femmes dans ce domaine.

Il faut que les femmes prennent leur place !

 

Tu es une femme en situation de handicap. Tu es donc doublement discriminé ? 

Je ne dirais pas cela comme ça. Je suis plutôt victime d’une double peine. Être une femme dans le numérique ou même l’écosystème de Startup n’est pas évident. Alors être aussi en situation de handicap c’est le parcours du combattant ! Il faut toujours prouver que l’on est capable et compétente !

Notre société n’est pas réellement inclusive malgré les évolutions des 12 dernières années. Les politiques actuelles font reculer les combats que nous avions menés sur l’accessibilité. (Loi de février 2005 VS Loi ELAN)

Tout est finalement question de personne et de regard sociétal sur le handicap.

En effet un RH et une équipe dans une entreprise sont-elles prêtes à avoir un collègue en situation de handicap ? Possèdent-elles les locaux accessibles ou les moyens de les adapter ?

Sont-elles motivées pour le faire ? Ont-elles des préjugés sur le handicap (productivité, motivation, absentéisme )?

Tout ça n’est pas simple.

 

Le numérique peut-il être une opportunité pour l’insertion des personnes handicapées ?

Je pense que oui mais ce n’est pas suffisant.

Le numérique favorise les échanges, la communication avec autrui, les possibilités de télétravail mais il ne faut pas se couper encore plus de la société.

Je milite pour une société plus inclusive et plus adaptée à tous. Car personne n’est à l’abri d’être en situation de handicap du jour au lendemain que ce soit pour une période où pour la vie !

C’est l’humain qui doit être au centre de cette problématique, le numérique doit être au service de l’humain et pas l’inverse.

 

Malgré la pénurie de talents dans le numérique, tu es victime de discrimination à l’embauche à cause de ton handicap. A ton avis pourquoi ? 

Je ne sais pas si je peux parler réellement de discrimination mais peut-être de méfiance ou de méconnaissance. Parfois aussi de manque de moyens ou de bureaux inadaptés pour moi. Je sais que je galère malgré les combats menés pour financer mon véhicule adapté afin que je sois autonome dans mes déplacements.

Mais je garde espoir.

 

Est-ce que tu as déjà été discriminé aussi lors de précédentes expériences pro ?

Les entretiens d’embauche sont parfois déconcertants avec les personnes qui m’interrogent sur ma pathologie plutôt que sur mes besoins d’adaptation de poste (Ce qui est illégal et inopportun). De manière générale, il y a une méconnaissance de la législation et des droits des handis.

Comme mauvaise expérience, j’ai été exclue du renouvellement de prestation par la société sous-traitante de Pôle Emploi qui devait m’accompagner parce ce qu’à leur yeux je ne pouvais pas être recrutée (car problématique de mobilité et nécessité d’une auxiliaire de vie). Une statistique négative en moins ! En plus ils me proposaient des jobs sans qualification alors que j’ai un M2R.

Je suis allée en entretien dans des entreprises adaptées qui étaient inaccessibles : pas d’ascenseur, pas d’accès pour mon fauteuil.

Les clients me mettent parfois la pression sur les délais pour me tester et finalement je fais la production et ils me répondent des semaines plus tard…

 

Pourquoi ?

Entendu chez les recruteurs : « Vous avez 34 ans mais pas assez d’expérience, vous avez mis 4 ans à faire votre M2 ?? »

WTF ?? Elle galère trop elle en fait !

Non je galère car la société n’est ni adaptée ni inclusive. Je me suis battue pour aller à l’école et pas en institution. Je me suis battue pour faire de la recherche universitaire ! Et les écueils à surmonter, à contourner ça prend du temps ! (6 ans pour financer mon véhicule adapté)

L’expérience est difficile à obtenir pour beaucoup mais encore plus quand on est handi et ça le commun des mortels ne le sait pas !!!

 

Penses-tu que le quota des 6% de travailleurs handicapés est respecté ? (ces chiffres montrent que non) 

Cela n’a jamais été le cas !

Pour deux raisons :

– l’école n’est pas adaptée ni réellement inclusive, le lycée, la Fac, etc. Tout est compliqué malgré les évolutions des 12 dernières années. Il faut faire encore plus !

Donc très peu de personnes en situations de handicap formées et qualifiées.

Et si on est formé et qualifié, il faut pouvoir mettre correctement en relation l’offre et la demande ! Et l’accessibilité, l’aide humaine, bref encore l’alignement des planètes !

– pas de réelle volonté politique ! Le problème ce n’est pas les quotas mais l’image, les tabous que la société a sur le handicap, c’est le validisme en toute puissance ! Si on intégrait plus les handis, il n’y aurait pas besoin de quotas. Actuellement, les entreprises préfèrent souvent payer l’amende que de se prendre la tête à entamer des démarches pour embaucher des RQTH et les intégrer.

Sur le terrain en ce qui me concerne à CV égal avec un valide, c’est le valide qui est pris !

 

A ton avis, qu’est-ce qu’il doit être fait dans les entreprises pour favoriser l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap ? 

C’est organiser des « vis ma vie de handi », mieux former les RH, les dirigeants de PME-PMI.

C’est expliquer la valeur ajoutée d’un handi au sein d’une équipe !

C’est voir des handi dans les écoles, au lycée, dans la rue, au supermarché, à la TV : on ne doit pas les cacher, il ne faut pas en avoir peur ! Et il ne faut pas en avoir pitié non plus !

C’est grâce à ce lever du tabou qu’on pourra en apprendre plus sur notre mode de vie, sur tout ce que l’on peut apporter à notre société. Et c’est aussi en parlant du handicap que l’on se rendra compte que si on devient malheureusement handicapé suite à une maladie ou un accident, tout n’est pas perdu ! On peut continuer notre chemin de vie, notre carrière.

 

Penses-tu que le freelancing soit un bon moyen pour une personne handicapée d’avoir un emploi et choisir sa carrière ?

C’est une option mais ce n’est pas simple. On risque d’avoir encore plus de barrières à l’entrée pour trouver une mission. Beaucoup de risques financiers également (difficultés d’obtention de crédits et d’assurance) sans avoir de filet de sécurité.

Je ne peux pas traverser la rue et travailler au Mc Do ou faire du ménage pour combler les fins de mois difficile en freelance !

 

En conclusion, le numérique peut être un bon outil pour aider les handi dans la société, mais la véritable inclusion et égalité des chances devra venir des humains. La société et le monde du travail doivent changer pour pouvoir mieux accompagner ces personnes pleines de ressources. C’est grâce à la bienveillance (qui existe déjà chez certains employés et structures !) et à la mise en place de certains moyens et outils que l’on pourra partager l’expertise de TOUS !

 

Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 8 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER