Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 6 min

LE 21 Sep 2018

Yellow angels corner

Comment accepter et intégrer la pluriactivité dans l’entreprise ?

  • Download PDF
Comment accepter et intégrer la pluriactivité dans l’entreprise ?
Comment accepter et intégrer la pluriactivité dans l’entreprise ?

En France, les salariés pluriactifs, dit slashers représentent près de 16% de la population active. Enseignants et écrivains, formateurs professionnels indépendants et directeurs RH, développeurs web et consultants… ils sont partisans de la self made career, loin de la supposée bienveillance de la GPEC. Pour l’employeur, l’heure est à l’adaptation, à la fidélisation d’un bassin de main d’œuvre hautement qualifiée mais aussi très volatile. Comment accepter la pluriactivité de ses salariés ?
 

Recruter au pays des salariés intrapreneurs et autonomes

La pluriactivité est typique de la génération Y. Autrefois synonyme de précarité et d’indécision, la pluriactivité reviendra sur le devant de la scène professionnelle, portée par des slashers qui ne veulent pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. Créatrice de synergies, témoin de la capacité des uns et des autres d’identifier puis de saisir des opportunités, la pluriactivité vient bousculer les missions hyper-cadrées. Les processus de recrutement coutumiers deviennent atypiques, obsolètes. Chacun aspire à être l’acteur principal de sa vie professionnelle, pour le meilleur et pour le pire, à disposer d’un cadre de travail épanouissant et d’options différentes pour faire évoluer sa carrière comme il l’entend. En somme, on remet un peu d’humanité dans l’entreprise.

C’est en 2016 qu’une étude pour le salon SME a révélé un chiffre rafraichissant : près de 34% des slashers exercent une 2e activité pour redonner du sens à leur métier et y insuffler une dimension de plaisir. En misant sur plusieurs activités, généralement complémentaires, ces derniers boostent leur champ relationnel, cumulent les expériences, se mettent en situation, multiplient les casquettes et gagnent de l’épaisseur. Les compétences acquises qu’ils développent en dehors de l’entreprise sont bien plus importantes que celles qui y sont référencées. L’engagement de ces slashers, nomades, indépendants, parfois zappeurs mais toujours passionnés, est mis sous condition de facteurs de transparence, de collaboration et d’autonomie étendus, de challenges d’apprentissage et de responsabilisation. Pour l’employeur, un salarié pluriactif, qui respecte ses engagements, est une valeur ajoutée immatérielle inespérée !
 

Vers la fin de la GRH gestionnaire de carrière ?

Les entreprises les plus innovantes s’articulent désormais en mode « projet » et s’orientent vers de nouvelles formes de collaboration issues des notions d’économie « à la pige » et de l’entreprise étendue. Certes, ce statut est loin de convenir à tous les recruteurs, mais les DRH savent qu’au pays du slashing, les cartes à jouer pour défendre sa légitimité changent. Les enjeux, à impact stratégique certain, les poussent à mieux connaitre les talents pluriactifs pour les enrôler, selon une configuration moins « baby-boomer ». Les plans de développement se nourrissent ainsi de l’intelligence collective, de la décentralisation, des ateliers de co-création, du mobile learning, d’apprentissage et de feedbacks, loin du cadre taylorien classique.

Les formes de la pluriactivité sont diverses et rendent toute tentative d’assimiler leur logique plus ou moins délicate. Mais si l’on se réfère au cadre juridique, aucune disposition générale ne l’interdit ni n’en procure le droit formellement. Le principe de la liberté du travail a, toutefois, opéré une conciliation entre la liberté professionnelle, la liberté d’entreprendre et la liberté contractuelle. Comme on l’explique dans notre livre blanc, tout se joue dans le contrat, dans la clause d’exclusivité et de non-concurrence.
 

Les slashers derrière l’essor de l’entreprise post-moderne

Résultat conjoint de la révolution du numérique et de la crise du marché de l’emploi, la pluriactivité bouscule les paradigmes actuels pour permettre le retour à l’efficience et mobiliser les énergies en s’appuyant sur un discours simple mais fédérateur : donner du sens, canaliser les efforts, avoir le souci du client et plus largement, avoir le souci de l’entreprise extra-muros. Résultat : on fait évoluer, drastiquement, les comportements managériaux et le liant de l’organisation.

Depuis les années 1990, les entreprises s’acharnent à réinventer les bonnes pratiques. Trop vite menées et moins bien intégrées par les collaborateurs, les transformations entrainent une cascade de symptômes de mal-être professionnel, avec une fatigue, une démobilisation des talents et des lendemains difficiles. Pourtant, s’il est une bonne pratique à intégrer, c’est bien de revenir à l’origine de la relation salarié – employeur : « exploiter » les compétences du collaborateur pendant les heures de travail convenues, en télétravail ou en présentiel, à temps plein ou à temps partiel, sans interférer dans son autre vie professionnelle. Vous capitaliserez ensuite sur le nivellement par le haut de son expérience, puis de son expertise.

Stéphane Lescure, spécialiste de la performance industrielle et de la transformation des organisations et co-auteur de l’ouvrage « Vous avez dit Leadership ! », explique que des entités autonomes peuvent bel et bien performer, s’épanouir et s’adapter, tout comme des cellules biologiques qui fonctionnent de manière autonome et coordonnée avec les autres, au service d’un même organisme. Il est important de s’écarter de la voie des approches bureaucratiques, au sein desquelles les cellules sont condamnées à l’exécution d’ordres provenant le plus souvent d’un cerveau débordé, parfois même mal informé. Tolérer la pluriactivité en entreprise, c’est repositionner la technostructure au service de l’épanouissement professionnel et de l’innovation, catalyseuse de compétitivité. L’envie et l’audace d’entreprendre et d’intraprendre, plutôt que la routine de l’habitude bureaucratique.

 

Vous voulez devenir slasher ? Et si vous deveniez Yellow Angels, un service unique de prestation de services facturés à la minute ?

Pour aller plus loin

Audrey Liberge

Audrey Liberge

Lecture de 6 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER