L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 4 min

LE 21 Fév 2018

L'entreprise étendue

Recrutement freelance : est-ce que le CV est mort ?

  • Download PDF
Recrutement freelance : est-ce que le CV est mort ?
Recrutement freelance : est-ce que le CV est mort ?

Dans l’écosystème des acteurs du recrutement, la question du Curriculum Vitae n’est pas loin du tabou. A l’évocation du déclin de ce rescapé de la paperasserie, experts et béotiens des RH fuient en avant et énumèrent volontiers les vertus d’un CV dont le statisme contraste, anachroniquement, avec le dynamisme effréné du marché de l’emploi…

 

Le triptyque fatal du Curriculum Vitae

 

#1 Le CV ou le syndrome de l’obsolescence programmée

A bien y réfléchir, le CV est déjà obsolète à la minute où il est reçu par votre destinataire… et c’est à peine exagéré. Dans l’environnement turbulent et volatile qui caractérise notre époque, des données « historiques » couchées sur papier ont une valeur mitigée qui décroit à vitesse grand V. Comme l’appareil électroménager d’un fabricant peu scrupuleux, le CV souffre du syndrome de l’obsolescence programmée. On force un peu le trait, mais le Curriculum Vitae n’est finalement qu’une photographie, par définition figée et immuable, du passé du candidat. Ce bout de papier n’est pas « responsive » : il n’évoluera pas et ne se mettra jamais à jour. Un vrai cauchemar pour les recruteurs qui ne travaillent pas en one shot, mais aussi pour le freelance qui enchaîne les contrats.

 

#2 Mirages et illusions : l’entourloupe du CV !

Par définition, le CV vante les mérites du candidat. Des mérites réels ou fantasmés d’ailleurs. Pour le recruteur, il s’agira d’opérer un background check pour recouper les sources. C’est long, fastidieux et ennuyant, à fortiori lorsque l’on doit recruter dans l’urgence et que les candidats se bousculent au portillon. Le candidat qui se montre sous son meilleur jour n’est pas forcément avantagé. Il risque de décevoir un recruteur qui a projeté ses propres attentes sur un profil fantasmé.

#3 La subjectivité  incompressible

Même le recruteur le plus chevronné n’y coupera pas : un CV impeccablement présenté aura toujours les faveurs de notre inconscient. Le « beau » CV sera perçu comme le « bon » CV. Un critère de choix entièrement subjectif et souvent biaisé dans une sélection censée reposer sur des données factuelles et rationnelles.

 

Le profil social ou l’évolution logique du CV

 

Heureusement, nous n’avons pas attendu la fin programmée du CV pour le substituer ou du moins, le compléter. A la page unique, lissée au possible et traficotée du CV se greffe désormais le profil social. Le relatif complète l’absolu, l’immuable se contextualise et prend du sens ! Les informations sur le candidat sont remises dans leur contexte social. A défaut de l’éradiquer, le profil social dilue la subjectivité. Il donne au recruteur plus d’éléments pour juger, et au candidat plus d’opportunités pour briller ! En plus de son activité sur les réseaux sociaux, le candidat dispose d’espaces d’expression maîtrisés et valorisants : site perso, blog, inspirations, chroniques, réflexions, réalisations… Outre-Atlantique, le CV ou « Resume » est en phase de ringardisation. Les firmes américaines, notamment les jeunes pousses, sont désormais adeptes du score social qu’elles calculent avec des logiciels experts développés par des éditeurs comme Klout ou YouSeeMe. Les fulgurances analytiques rendues possibles par l’émergence du Big Data permettent aujourd’hui aux grands groupes dont le business model repose sur des recrutements annuels massifs d’agréger l’ensemble des informations sur une personne en puisant dans :

  • Sa biographie professionnelle ;
  • Le contenu de ses projets professionnels ;
  • Son activité sur les réseaux sociaux ;
  • Ses amis/contacts, etc.

Peu compatible avec cette approche dynamique, le CV classico-statique au format PDF laisse donc place au profil social qui « aspire » les composantes de la présence sociale du candidat, en attribuant généralement un coefficient élevé aux activités relevées sur les réseaux sociaux professionnels. Certains cabinets de recrutement proposent d’ailleurs aux candidats de postuler aux annonces de leur site en se connectant via LinkedIn sans nécessairement déposer un CV. Certaines startups n’hésitent pas de leur côté à personnaliser la candidature et demander au candidat de demander un questionnaire rapide pour déterminer son profil. Selon les réponses du candidat, on arrive mieux à le cerner qu’avec quelques expériences sans caractère et sans phrasé imprimées sur un papier !

 

De là à imaginer recruter sans CV…

 

il ne faut qu’un brin d’imagination et un soupçon d’anticonformisme ! Le « post-CV » modulable proposé par des plateformes comme DoYouBuzz signe la résistance du CV !… Entre la doxa des abolitionnistes du CV et les chantres du conservatisme RH, le Curriculum Vitae reste finalement une béquille pour structurer son œuvre professionnelle et servir de guideline lors des entretiens d’embauche, tant pour les recruteurs que pour les candidats. Et les secteurs d’activité ne sont pas égaux face à l’émancipation et la « cloudisation » du sourcing des talents. Un développeur freelance se défera volontiers du CV PDF, là ou un comptable qui aspire à un CDI dans une PME sera sans doute sommé de se présenter avec le combo CV-Lettre de Motivation…

Sur XXE, nous avons fait le choix du profil social pour présenter les candidats. Mais si vous avez vraiment besoin d’un CV pour vous faire une opinion sur les expertises du freelance, il peut être téléchargé par le candidat sur sa page.

Pour compléter vos connaissances

L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 4 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER