Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 07 Mar 2019

Freelance style

Dév : le grand comparatif des rémunérations selon les technologies

  • Download PDF
Dév : le grand comparatif des rémunérations selon les technologies
Dév : le grand comparatif des rémunérations selon les technologies

Si vous n’avez pas eu le temps de passer en revue les conclusions de l’étude des salaires des développeurs réalisée par Urban Linker, en voici un résumé condensé :

  1. Les profils PHP sont toujours aussi plébiscités ;
  2. Les rémunérations sont en hausse du côté de Java et de .Net malgré la bouderie des startups ;
  3. Python poursuit son incursion, avec une belle hausse des salaires à la clé ;
  4. Les fourchettes sur mobile restent relativement stables ;
  5. Les développeurs front-end rattrapent progressivement leur retard ;
  6. On note une tendance au remplacement des profils AdminSys par des DevOps…

Vous avez encore quelques minutes à nous consacrer ? Retour sur les détails du baromètre des salaires IT signé Urban Linker !

 

Méthodologie : des données empiriques représentatives

 

Pour établir les fourchettes des salaires et réaliser des comparaisons verticales (dans le temps) mais aussi horizontales (entre des technologies comparables), Urban Linker a compilé les salaires de départ enregistrés sur quelque 500 recrutements réalisés entre le 1erjanvier et le 30 juin 2018 auprès des pure players, des startups, des agences web, des éditeurs de logiciels et des pôles digitaux des grands groupes à Paris et en Île-de-France (exclusivement). L’étude prend en compte uniquement les nouveaux recrutements en CDI.

 

Et les technologies qui rapportent le plus sont…

 

#1 Java : le langage le plus utilisé, mais aussi un facteur de réassurance

Avec plus de 81 K€ (brut) par an pour les développeurs les plus expérimentés (niveau CTO), c’est Java qui caracole en tête des langages les plus porteurs en matière de rémunération. En effet, c’est ce langage de programmation orienté objet qui remporte les suffrages auprès des startups. Porté par une immense communauté, Java n’a manifestement pas (encore ?) souffert de la récente annonce d’Oracle d’accélérer le cycle des publications des versions, avec une édition tous les semestres (contre une mise à jour tous les deux voire trois ans auparavant). Au-delà de sa pertinence pour pallier de nombreuses problématiques techniques, Java devient même un facteur de réassurance au moment du recrutement, même lorsque l’on souhaite enrôler un développeur spécialisé dans un autre langage. « Les CTO considèrent qu’un bon développeur Java code proprement et qu’il a théoriquement une bonne capacité à passer d’un langage à un autre », peut-on lire dans le rapport de l’étude. Du côté des salaires, Urban Linker note une légère progression à mettre à l’actif des développeurs expérimentés :

  1. Confirmé (2 à 4 ans) : +4,3% pour un salaire annuel brut compris entre 44 et 53 K€ ;
  2. Senior (4 à 6 ans) : +4,63% pour un salaire annuel brut compris entre 53 et 60 K€.

Pour les Lead, les Architectes et les CTO, les tendances sont stables, avec respectivement 55-66 K€ pour les deux premiers et plus de 81 K€ pour les derniers.

 

#2 Android, légèrement plus rémunérateur qu’iOS

Rien de bien folichon du côté du développement mobile, puisque les fourchettes de salaires restent sensiblement les mêmes en début de carrière. On notera tout de même une belle progression chez les développeurs Android les plus expérimentés :

  1. Confirmé (2 à 4 ans) : +4,2% pour un salaire annuel brut compris entre 44 et 55 K€ ;
  2. Sénior (4 à 6 ans) : +3,5% pour un salaire annuel brut compris entre 53 et 65 K€ ;
  3. Lead : +5% pour un salaire annuel brut compris entre 62 et 75 K€ ;
  4. Architecte : +2,8% pour un salaire annuel brut supérieur à 72 K€.

Du côté du développement mobile sur iOS, ce sont les développeurs les moins expérimentés qui voient leur salaire (légèrement) augmenter comparativement à l’année 2017. Ainsi, les développeurs iOS juniors progressent de 1,23% tandis que les confirmés gagnent 3,15%. Les séniors quant à eux progressent de 1,7%, et les Leads/architectes restent stables.

 

#3 JavaScript : omniprésent côté front-end chez les startups

Les développeurs Javascript front-end ont progressivement rattrapé leur retard sur les profils fullstack qui stagnent côté rémunération. D’une manière générale, l’écosystème reste très demandeur de développeurs JavaScript. Les standards de recrutement côté front-end sont revus à la hausse. On exige désormais des profils avec un background assez dense : plusieurs projets personnels probants, apprentissage systématique de frameworks (React, Vue et Angular, notamment) et quelques soft skills, en fonction des besoins. Dans certaines firmes, l’exigence va plus loin avec la maîtrise des évolutions récentes de JavaScript, portées par ES7, ES8 ou encore TypeScript. Rappelons que ce dernier langage améliore les applications front qui deviennent plus facilement débuggables. Enfin, la programmation de Progressive Web Apps (PWA) vient apporter une corde de plus à l’arc des développeurs.

 

Vous êtes développeur freelance ? Des missions vous attendent sur XXE!

 

Pour aller plus loin

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER