L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 3 min

LE 16 Mai 2018

L'entreprise étendue

Télétravail : un pas de plus vers l’entreprise étendue ?

  • Download PDF
Télétravail : un pas de plus vers l’entreprise étendue ?
Télétravail : un pas de plus vers l’entreprise étendue ?

« Une véritable révolution ». C’est en ces termes pour le moins dithyrambiques que 71% des Français ont réagi à la simple évocation des mots magiques : travail à la maison. Selon une enquête rendue publique par le cabinet de conseil RH Kronos début 2017, l’Hexagone serait en passe de devenir l’eldorado de cette « nouvelle » configuration de travail qui soulève les passions. Les chiffres sont assez éloquents pour qu’on en fasse écho dès l’entame de cet article :

  • 96% des personnes interrogées pensent que le télétravail « améliore le bien-être des salariés » ;
  • Les télétravailleurs constatent une augmentation de 45 minutes du temps moyen de sommeil par jour… sachant que le temps moyen du trajet bureau-domicile est de 45 minutes ;
  • Les early-adopters ont réduit les arrêts maladie de 5,5 jours par an, boosté le temps de travail de 2,5% et augmenté la productivité de 22%.

L’aboutissement prévisible d’un long cheminement

La production journalistique « court-termiste » s’éprend massivement de ce qu’elle appelle « nouvelle configuration de travail », à fortiori dans le contexte de la loi Travail. Pourtant, en reculant de deux pas, on se rend compte de l’évidence historique de cette « révolution » qui découle finalement de deux phénomènes constants, durables et parfaitement prévisibles :

  • La migration de l’économie de l’industrie vers le tertiaire (79% des emplois en 2016). Par définition, les prestations de service sont plus « télétravaillables » que la production agricole ou industrielle par exemple ;
  • La démocratisation de la bureautique, d’internet puis des NTIC ;

Et lorsque l’on sait que ces deux tendances sévissent au moins depuis les années 1970, il est légitime de s’étonner de la non-préparation de l’entreprise française aux nouvelles configurations de travail mais aussi et surtout de sa non-réceptivité aux nouvelles opportunités qu’ouvre le travail à domicile et, plus largement, l’approche nomade de l’exercice professionnel. Pour le salarié, les enjeux sont évidents : diminution du temps des trajets alors même que le transport devient LA problématique des métropoles, augmentation substantielle du temps de sommeil, meilleure maîtrise du stress et de la pression puis, en output, une meilleure qualité de vie. Pour l’employeur, l’empirisme montre un gain substantiel de productivité, une réduction du turnover et des arrêts maladies mais aussi l’optimisation de certains postes de charges (connexion internet, mobilier de bureau, place de parking, etc.).

Sauter le pas du télétravail : le rôle « philosophique » du manager

Déployer un système de télétravail dans son entreprise n’est pas aussi laborieux qu’on pourrait le croire. Il s’agira dans un premier temps de maîtriser les deux grandes familles d’outils de travail :

  • Les outils de communication : asynchrones (mail ou partage de documents) lorsque les horaires des uns et des autres diffèrent et synchrones (messagerie instantanée, visioconférence et conception de document en temps réel) dans le cas d’un télétravail aux heures de bureau ;
  • Les outils d’organisation : ils permettent de hiérarchiser les tâches et d’éviter les contretemps liés à la mauvaise circulation de l’information. Calendriers partagés, Mind Mapping et diagrammes de Gantt seront vos meilleurs alliés pour réussir les passages de relai dans un environnement animé par plusieurs organisations de travail.

Identifier la meilleure combinaison entre ces outils, c’est déjà pallier les limites de l’absence physique du télétravailleur. Du côté du gestionnaire, l’effort à déployer est d’abord mental, voire philosophique ! On passe ici du management de la présence au management du résultat. Votre expression favorite deviendra : « Tant que le travail est fait… ». A la réception des livrables, le manager se fiche bien de savoir si son collaborateur a travaillé avec son café chez lui, dans un tiers lieux ou dans un espace de coworking. Bien sûr, vos réflexes conservateurs vous joueront des tours et vous remettrez en question le travail à domicile dès le moindre petit couac logistique. C’est normal. La solution est pourtant simple : mesurer la productivité des télétravailleurs, puis celle des collaborateurs en présentiel. Vous risquez d’être surpris !

Pour compléter vos connaissances

  • Le compte-rendu du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires au sujet du télétravail en France en 2016.
L'équipe XXE

L'équipe XXE

Lecture de 3 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER