Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 20 Juil 2018

Freelance style

L’uberisation est-elle partout ? On fait le point !

  • Download PDF
L’uberisation est-elle partout ? On fait le point !
L’uberisation est-elle partout ? On fait le point !

Comme toutes les tendances qui excluent de factol’humain au profit d’un pragmatisme « rentabiliste » poussé à son extrême, l’ubérisation a peu à peu divagué vers une sorte de confrontation perpétuelle aux retombées socio-économiques fâcheuses. Certains ne seront pas contents d’apprendre que le père Uber a enfanté dans tous les secteurs d’activité. Le succès de cette progéniture est pourtant menacé par un business model collaboratif agressif, rythmé par les commissions, la confrontation et la banalisation de la compétence. Uber et UpWork chantent la grandeur supposée disruptive de leurs modèles. L’ubérisation devient, de plus en plus, la première cause de la post –ubérisation !

 

Ubérisation ou plateformisation archaïque, advienne que pourra, tous les secteurs s’y mettent

 

L’Observatoire de l’Ubérisation nous a concocté un petit rapport haut en couleur pour nous faire découvrir, avec une petite pointe de subjectivité, la progression de l’ubérisation des secteurs d’activité phares de l’économie, de l’immobilier à l’éducation en passant par l’hôtellerie et la santé… Par la force de l’actualité, l’ubérisation est reliée dans l’inconscient collectif au service de transport des personnes. En réalité, peu de secteurs peuvent se targuer d’avoir échappé à la tendance de la plateformisation. Florilège :

  • L’offre en taxis est aujourd’hui ubérisée à 70%. « Uber a bousculé en profondeur la profession de taxi en proposant un service moins cher et plus agréable, mais les taxis contestent le détournement de leur monopole», peut-on lire sur le rapport de l’Observatoire ;
  • Les services à la personne font partie des secteurs les plus « touchés » par l’ubérisation (70%). Pressing, bricolage,  services à domicile et aides diverses… tout y passe !
  • L’ubérisation de l’éducation, portée par les MOOC, est également uberisé à 70%. Les startups donnent un nouveau souffle à une Education Nationale poussiéreuse qui a du mal à s’adapter aux nouveaux modes de travail et expertises
  • Le marché de l’édition est ubérisé à 60%. « Amazon investit l’édition en proposant aux auteurs de publier leurs œuvres de façon électronique en intégrant les moyens logistiques » ;
  • Le secteur hôtelier est ubérisé à 50%. « AirBNB supprime les intermédiaires et propose sur sa plateforme web mondiale 1,5 million de lits chez le particulier » ;
  • Les professions libérales comme les avocats ou médecins résistent avec une ubérisation à 30%. Quant au secteur médical, il est surtout uberisé d’un point de vue opérationnel par la formation virtuelle et les prothèses en impression 3D, mais ce secteur va être profondément impacté par l’évolution de l’IA dans les prochaines années
  • Les banques sont uberisés à hauteur de 40%, les plateformes de peer to peer permettant des transferts d’argent et emprunts plus souples et à des taux intéressants. La montée en flèche du Bitcoin et de la blockchain risque de mettre en péril tout le secteur bancaire dans les prochaines années

Même son de cloche du côté de l’expertise comptable, ubérisée à 40% avec ECL, Fred de la compta, Compta-Clémentine ou encore Ça Compte Pour Moi ;

  • La restauration est ubérisée à 30% avec des services comme Deliveroo. Des plateformes comme Vizeat modernisent la restauration hors domicile en permettant aux hôtes d’offrir leurs services culinaires ; MealPal quant à lui vient de se lancer en France et a pour objectif de devenir le Netflix de la restauration, en proposant un abonnement mensuel défiant toute concurrence pour ses repas du midi.

 

L’ubérisation : l’art de la commission gourmande

 

Inflation, baisse du pouvoir d’achat, chômage endémique… le terrain est fertile, et ses fruits nourrissent l’ogre ubérisé qui baigne dans l’abondance. Et le recul de la qualité de certaines prestations n’est pas pour arranger les choses. Pour les Uber-enthusiasts, il s’agit de surfer sur ces mauvaises expériences pour faire du chiffre. Pourtant, ces déceptions, aussi réelles soit-elles, ne peuvent se prêter au jeu de la généralisation absolue et surtout, à celui de l’ubérisation par la force. Derrière les prix transparents et fixés par avance, les services ergonomiques et rapides et le confort, il y aussi la commission gourmande et le surtravail. L’ubérisation se nourrit bon gré, mal gré, de la précarité des particuliers qui se retrouvent le plus souvent lésés par les surcoûts alors que les bénéfices, intéressants sur le papier, sont à nuancer et surtout du côté de la plateforme. Pas d’assurance santé, pas de congés payés, pas de retraite, pas d’assurance au chômage… En d’autres temps, UpWork et Task Rabbit porteraient un autre nom, moins flatteur.

La post-ubérisation, de la précarité généralisée à la ré-humanisation du travail

 

Pour pérenniser, l’ubérisation n’a eu de choix que de sacrifier les garants de l’équilibre des structures sociales. En délaissant le droit social, le droit du travail, la fiscalité, la santé et la rémunération juste, le phénomène s’est tiré une balle dans le pied… il le sait. Cela étant dit, les détracteurs de l’ubérisation lui reconnaissent une vertu : celle d’avoir permis de jeter les bases de la post-ubérisation et de la désintermédiation des plateformes ! Rendons à Uber ce qui appartient à Uber : la plateforme a challengé ce que les professionnels prenaient pour acquis, avec maladresse, mais aussi avec une efficacité redoutable. La post-ubérisation s’impose comme la version revue et corrigée de sa devancière ! Elle met en relation l’offre et la demande dans un modèle ré-humanisé, rééquilibré et sans intermédiaire.

 

Pour compléter vos connaissances

 

  • Le site de l’Observatoire de l’Ubérisation et de l’Economie Collaborative.

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER