Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

LE 13 Déc 2018

les experts métiers

Focus sur les activités UX / UI design, ou comment exceller dans l’expérience utilisateur ?

  • Download PDF
Focus sur les activités UX / UI design, ou comment exceller dans l’expérience utilisateur ?
Focus sur les activités UX / UI design, ou comment exceller dans l’expérience utilisateur ?

L’UI et l’UX design s’alignent avec les métiers qui interviennent dans la transversalité de tout projet digital. Ces professions font rêver les jeunes épris de la tech, suscitent l’engouement d’annonceurs pourtant perçus comme étant « vieux jeu » et caracole dans le top 10 des métiers tech les plus demandés. XXE vous propose son focus sur une profession très freelançable ! Mais avant de dresser le portrait de ces métiers, il faut arriver à les différencier. Quelle est la différence entre UX et UI design ? De nombreux experts maitrisent les deux aspects, mais qui n’obéissent pas aux mêmes règles. D’autres choisissent de se spécialiser soit dans l’UI, soit dans l’UX. Les images valent souvent mieux qu’un long discours, c’est pourquoi nous vous proposons ces visuels pour établir la différence entre ces deux activités très complémentaires.

 

UX/UI design : le quatuor de base pour les non-initiés

L’objet de ce billet n’est forcémentpas pédagogique. Il est d’abord informatif, puisque nous passerons en revue les évolutions de l’offre et de la demande en matière de design interactif. Voici tout de même quatre points de base pour les non-initiés.

 

  1. L’UX et UI design fait référence à l’intégration du facteur humain dans les processus de conception des produits et des services. C’est une vieille tradition marketing qui date de la fin des années 1980 : sortir de l’approche « produit » pour adopter l’approche « client » ;
  2. Le principal dessein de ce professionnel est donc de faciliter au maximum l’interaction avec le produit final en garantissant le meilleur confort d’utilisabilité ;
  3. UX signifie User eXperience. Il s’agit de s’appuyer sur des données objectives et chiffrées, collectées via des analytics, des questionnaires, des tests et des entretiens pour concevoir les interfaces. UI signifie User Interface, avec ici une approche plus subjective, plus nuancée, portée principalement par des considérations esthétiques, avec toujours un souci de fidélité par rapport à l’univers de la marque ;
  4. L’UX et UI designer est attendu sur la compréhension des attentes réelles des utilisateurs au moment « M » pour concevoir ou ajuster dans les projets de refonte de site ou de création d’applications mobiles.

 

Pour qu’elle soit fructueuse, la collaboration UX et UI ne doit pas perdre de vue son objectif : traduire au mieux les besoins utilisateurs pour optimiser le rendu final et, in fine, doper la conversion. L’UX designer intervient en amont, puis transmet ses prototypes à l’UI designer qui lance le design et la simulation des interactions pour enfin passer le relais aux développeurs et intégrateurs.

 

Le portrait-robot de l’UX/UI designer français

 

Designers Interactifs, première organisation professionnelle du design numérique en France, a dévoilé les résultats d’une étude très ambitieuse réalisée en 2017 dans l’Hexagone. Au-delà de son intérêt pour les données signalétiques, cette enquête dresse les contours d’une profession qui touche à la maturité après avoir alterné, en 5 ans, entre l’euphorie et la peur de l’éphémérité. Vous êtes UX/UI designer ou vous aspirez à le devenir ? Voici notre compilation des données les plus pertinentes pour maîtriser votre microenvironnement et tirer votre épingle du jeu dans une conjoncture somme toute plutôt favorable :

 

  1. 64% des designers interactifs se concentrent dans la capitale. Après Paris, c’est la région Auvergne-Rhône-Alpes (33%) puis les Pays-de-la-Loire (14%) qui accaparent les UX/UI designers ;
  2. On reste sur une profession jeune (les moins de 30 ans représentent 47% des professionnels en activité), plutôt masculine (deux femmes pour trois hommes) et avec une forte barrière à l’entrée : le diplôme. En effet, 57% des professionnels ont au moins un bac+4 ;
  3. Sans chiffrer l’évolution, l’étude croit détecter une « freelancisation » du métier. Aujourd’hui, un quart des UX/UI designers sont indépendants, 11% sont encore étudiants et 64% exercent en tant que salariés ;
  4. Le design d’interfaces (49%) est, de loin, plus représenté sur le marché du travail que le design UX (29%), le reste étant occupé par les designers graphiques ;
  5. 28% ont suivi une formation en 2017 (contre 22% en 2016) et ils touchent, en majorité (71%), plus de 30 000 € brut par an. Un tiers d’entre eux ont été augmentés dans les 12 mois précédant l’étude.

 

Il est intéressant de noter une certaine pérennité dans l’exercice de la fonction d’UX/UI designer dans une configuration indépendante. En effet, près d’un tiers des designers freelance exercent depuis plus de 10 ans, avec un prix-jour moyen déclaré compris entre 400 et 500 € H.T. D’ailleurs, les micro-entrepreneurs affichent des conditions d’exercice moins favorables que les indépendants, puisque 54% d’entre eux chiffrent leurs prestations à moins de 400 € par jour.

 

On passe du design à l’expérience, de l’identité au storytelling

 

Pour mesurer l’évolution du métier, nous vous proposons de passer en revue une petite compilation du verbatim des designers UX/UI interrogés dans le cadre de l’étude. Globalement, nous assistons à une « montée en compréhension » des clients et des annonceurs qui ne se contentent plus du livrable wireframe, exigeant désormais aussi « la méthodologie ». Après l’exécution pure et dure, l’UX/UI designer passe désormais dans une phase d’accompagnement, de guidage, voire d’enseignement, ce qui le challenge dans son approche à priori technico-technique.

 

  1. Selon les UX/UI designers sondés, les clients « pensent de plus en plus connaître le design mais ils ont des références dépassées de 4-5 ans » ;
  2. « On nous demande moins de réalisations, plus de conseils » ;
  3. Les clients demandent de plus en plus aux designers externes de travailler dans leurs locaux, toujours dans cette optique d’accompagnement et de formation ;
  4. On assiste également à une accentuation du gap de maturité et de connaissance du besoin entre les différents clients : l’UX/UI designer doit faire preuve d’une belle capacité d’adaptation, d’empathie et d’un certain sens du relationnel ;
  5. Les demandes portent de plus en plus sur des missions plus courtes, avec des budgets réduits et des projets plus agiles ;
  6. Les clients migrent (enfin) de l’approche « design » à celle d’expérience, mais aussi de l’identité au storytelling.

 

Pour aller plus loin

Elodie Djegadisvarane

Elodie Djegadisvarane

Lecture de 5 min

0

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre nom *
Email *
Commentaire*


CAPTCHA Image
Reload Image

TÉLÉCHARGEZ NOTRE LIVRE BLANC SUR L'ENTREPRISE ÉTENDUE !

DÉCOUVREZ CE CONCEPT ET INNOVEZ SANS LIMITE !

Quel futur attend les freelances et les entreprises ? Comment les entreprises peuvent-elles constituer leurs réseaux de freelances et créer à leur tour un collectif hybride d’experts salariés et indépendants ? Comment créer une entreprise étendue, casser la logique des silos ?

EN SAVOIR PLUS

INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER